Colloque. « Capitaliser la nature. Les mises en forme économiques de l’environnement du XIXe siècle à nos jours ». 12-13 juin 2017

Christophe Bonneuil, Benoît Dauguet et Yannick Mahrane (CAK, Ehess-CNRS) organisent conjointement un colloque international intitulé « Capitaliser la nature. Les mises en forme économiques de l’environnement du XIXe siècle à aujourd’hui »/ »Capitalizing nature. Forms and strategies for economizing the environment 19th to 21th century ».

Consulter le programme dans son intégralité

Ce colloque se tiendra à l’Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, 75005 Paris). La participation est libre et sans inscription préalable.

Offre d’allocation doctorale en histoire environnementale. Université du Mans. Date limite de dépôt des candidatures: 18 juin 2017

Une offre d’allocation doctorale en histoire environnementale est lancée pour une thèse portant sur les « Crises environnementales et traditions locales : regards croisées sociétés antiques/sociétés de l’Océan Pacifique ».

Consulter l’appel à candidature dans son intégralité

Le doctorant ou la doctorante sera inscrit-e à l’Université du Maine à partir de la rentrée universitaire 2017. Il/Elle effectuera ses recherches sous la direction de Rita Compatangelo-Soussignan (Professeur d’Histoire Ancienne à l’Université du Maine, Le Mans), en co-encadrement avec Patrick Nunn (Professeur de géographie à l’Université of Sunshine Coast, Queensland, Australie).

La recherche doctorale s’inscrira au sein de l’équipe « Sociétés Milieux Climats » de l’UMR 6566 – CReAAH (Centre de Recherches en Archéologie, Archéosciences, Histoire) et elle participera aux différents programmes dans lesquels celle-ci est engagée.

 La durée du contrat doctoral est de trois années

Le dossier doit être envoyé (format .pdf) à : rita.soussignan@univ-lemans.fr

Pour plus d’informations : rita.soussignan@univ-lemans.fr

Offre de postdoctorat en histoire contemporaine. Projet ANR TRANSENVIR.

Une offre de postdoctorat en histoire contemporaine est proposée dans le cadre du projet ANR TRANSENVIR (Approche historique de la « TRANSition ENVIRonnementale » : innovations politiques et sociales face aux risques environnementaux en milieu urbain (années 1950-années 2000) (http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/anr-transenvir  )).

Consulter la fiche de poste complète

Date limite pour l’envoi des dossiers : 14 juin 2017
Contact :
Stéphane Frioux (stephane.frioux@univ-lyon2.fr ; LARHRA-Institut des Sciences de l’Homme 14, avenue Berthelot, 69363 Lyon Cedex 07)

Journée d’études. « Environmental questions in Great Britain: Between Visibility and Marginalisation ». Paris, 16 juin 2017

Intitulée « Environemental questions in Great Britain: Between Visibility and Marginalisation », cette journée d’étude organisée par Arnaud Page (Université Paris-Sorbonne) se tiendra le 16 juin 2017.

Consulter le programme complet

Localisation : Université Paris-Sorbonne
Maison de la Recherche
28 rue Serpente, Paris

Inscription obligatoire auprès de page.arnaud@gmail.com

Offre de post-doctorat : ANR TRANSENVIR (date limite : 14/06/2017)

Projet ANR TRANSENVIR – Offre de post-doctorat en histoire contemporaine

Niveau requis : thèse obligatoire

Type de contrat : contrat à durée déterminée. Durée : 24 mois

Début souhaité : 1er septembre 2017

Quotité : 100 %

Rémunération : 2515 € brut mensuel

Laboratoire d’accueil : UMR 5190 – Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes

Adresse : ISH – 14, avenue Berthelot, 69363 Lyon Cedex 07

Site web : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/

 

Contexte :

Le/la chercheur.e en post-doctorat travaillera au sein du LARHRA-UMR 5190  dans le cadre du projet TRANSENVIR, Approche historique de la « TRANSition ENVIRonnementale » : innovations politiques et sociales face aux risques environnementaux en milieu urbain (années 1950-années 2000) (http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/anr-transenvir  ).

Coordonné par Stéphane Frioux, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2, et financé par l’appel à Projets générique 2016 de l’ANR, le projet a l’ambition de proposer un ensemble de clés de compréhension de la place occupée par les villes françaises dans la montée, l’institutionnalisation et la reconfiguration de politiques environnementales. La question sera abordée par le prisme du risque (conçu au sens large), et par un travail de terrain sur les agglomérations de Lyon et de Grenoble, des années 1950 aux années 2000.

Les questions abordées et étudiées par les membres de l’équipe portent sur la qualité de l’eau et toutes les formes de risques liés à l’eau, sur la qualité de l’air et les pollutions atmosphériques, sur le problème du bruit, de la relation habitat/santé, notamment dans les nouvelles constructions de la période, de type grands ensemble, et enfin de l’interface entre environnement de travail/usine et environnement urbain. Une attention particulière est accordée à étudier les différents acteurs qui interviennent et se mobilisent, des élus jusqu’aux associations militantes et aux syndicats. Sur le plan géographique, les espaces périurbains sont inclus dans l’enquête, qui ne veut pas se cantonner aux villes-centres des agglomérations.

Le projet rassemble 8 chercheurs, de plusieurs disciplines et de plusieurs laboratoires de recherche.

Activités prévues :

Recherche en archives, bibliothèques, et par enquête orale. Une partie des fonds a déjà fait l’objet d’un inventaire au printemps 2017, afin que le/la post-doc puisse s‘approprier très vite le terrain d’étude et choisir les objets prioritaires pour débuter l’enquête (et coordonner ses recherches avec les autres chercheurs).

Préparation du travail préalable pour la production de rapports de recherche écrits, la diffusion des résultats du projet et l’organisation des activités liées à la valorisation de ces résultats (par exemple à travers l’organisation et le suivi scientifique et administratif de journées d’étude et de colloques).

Participation active à des séminaires, colloques, et autres manifestations organisées par le projet TRANSENVIR.

– Participation à la mise en place et à l’alimentation du site internet du projet TRANSENVIR.

Expériences et compétences requises :

– Diplôme de Doctorat en histoire contemporaine

Sur les thématiques « Environnement » et « Risques », capacité à travailler en équipe pluridisciplinaire et à dialoguer avec la géographie, l’aménagement et la science politique, en premier lieu, ainsi qu’à emprunter à des cadres conceptuels différents.

– Disponibilité à effectuer des recherches dans différentes bibliothèques et archives locales, régionales et nationales (Lyon, Grenoble, Paris, …). Pour cela, une résidence pendant la durée du contrat, dans la région Rhône-Alpes à proximité de Lyon ou de Grenoble, est impérative.

– Bonne connaissance de l’anglais.

Modalités de candidature : envoyer par e-mail à l’adresse ci-dessous (Stéphane Frioux)

1 – une lettre de motivation (5000 à 10 000 signes) sous forme de proposition de contribution au projet ANR TRANSENVIR. Il n’est pas attendu de connaître nécessairement le terrain lyonnais ou grenoblois, mais, à partir des grands axes du projet (3 axes détaillés sur la page http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/anr-transenvir ), de proposer une contribution originale, qui pourra compléter les recherches à effectuer sur les corpus déjà pré-définis par l’équipe.

2 – un CV détaillé comprenant la liste des publications

3 – le rapport de soutenance

4 – une publication jugée significative et susceptible d’intéresser l’équipe du projet

 

Date limite pour l’envoi des dossiers : 14 juin 2017

 

Contact :

Stéphane Frioux (stephane.frioux@univ-lyon2.fr ; LARHRA-Institut des Sciences de l’Homme 14, avenue Berthelot, 69363 Lyon Cedex 07)

 

Le(s) candidat.e(s) présélectionné.e(s) seront éventuellement convié.es à un entretien, qui pourra se faire par visioconférence. La sélection sera annoncée avant le 13 juillet 2017

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts