Motion du RUCHE : Soutien aux chercheur.e.s et étudiant.e.s d’Ukraine

 
 
 

Soutien aux chercheur.e.s et étudiant.e.s d’Ukraine

Nous exprimons notre profonde solidarité avec les chercheur.e.s et étudiant.e.s ukrainien.ne.s, et avec l’ensemble de la société ukrainienne, victimes de l’intervention militaire du gouvernement de la Russie. L’invasion des forces armées russes et les bombardements sur l’Ukraine, depuis le 24 février 2022, est une entreprise criminelle historique qui fait écho aux destructions du passé. Face aux usages belliqueux de l’histoire et à l’étouffement du pluralisme politique, les chercheur.e.s doivent plus que jamais élever la voix pour refuser une instrumentalisation infondée de l’histoire et faire valoir la raison civique. En partenariat avec les chercheur.e.s ukrainien.ne.s, nous continuerons à porter la parole des sciences humaines et sociales face à la violence armée et à la négation des crimes du passé. Nous apporterons aussi son soutien aux voix critiques et courageuses qui tentent de se faire entendre en Russie et dans l’espace postsoviétique. Nous apportons notre soutien à ceux et celles qui, d’ores et déjà, sont contraints à l’exil et nous formulons le vœu qu’ils et elles soient accueillis dignement.

Les pertes humaines infligées à la population ukrainienne sont d’ores et déjà criminelles. Cette guerre aura également des conséquences sanitaires et écologiques à plus long terme. Les membres du Ruche sont particulièrement préoccupés par l’occupation du site de la centrale de Tchernobyl. Lieu de l’une des pires catastrophes nucléaires de l’histoire, ce territoire nécessite une attention spécifique, dont dépend la sécurité environnementale des populations et des écosystèmes bien au-delà des frontières administratives de l’Ukraine. Nous refusons l’instrumentalisation de l’histoire fondée sur la minimisation des effets écologiques et sanitaires des guerres, car ils constituent aussi des menaces sur les populations civiles.

Motion adoptée le 1er mars 2022, à l’unanimité des votes exprimés (15 votant.e.s, 15 pour)

 

Vous pouvez également lire la déclaration de l’European Society for Environmental History et signer la pétition de soutien aux chercheur.e.s et aux étudiant.e.s d’Ukraine, proposée par le CERCEC (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen).

Nous vous invitons également à prendre connaissance des expressions d’oppositions à la guerre exprimées par des universitaires en Russie.

Lettre ouverte des historiens contre la guerre en Ukraine

Open letter of historians against the war with Ukraine

We, Russian historians – scientists, teachers, students, graduate students and graduates of history faculties – express our strong protest against the military actions conducted by the Russian Armed Forces on the territory of the sovereign state of Ukraine.

References to the historical inferiority of other states and peoples in the past justified many destructive wars and aggressive actions. Such manipulation of history is unacceptable in the twenty-first century. Disputes must be resolved in discussions, diplomatic meetings, and academic conferences, not on the battlefield.

All the experience of the twentieth century shows that wars end in catastrophe for all involved. The use of weapons leads to civilian casualties, the destruction of homes and communications, and, as a result, to humanitarian catastrophe. People leave their homes and become refugees. Important economic, cultural and personal ties are severed. The war destroys the most valuable monuments of the past, which we are obliged to protect for our descendants. Ukraine is home to such world heritage sites as the Church of St. Sophia and the Golden Gate in Kiev, the Pyatnitskaya Church in Chernigov and others.

Ukraine was and remains for Russia a truly fraternal country with which we are connected by kinship, friendship and professional ties, a common historical experience. We talk about heroism of our peoples during the Great Patriotic War. Our ancestors fought shoulder to shoulder to ensure that war would never touch us, their sons, grandchildren and great-grandchildren.

In the future our children and grandchildren will have to answer the question about the causes of the disaster, which is unfolding before our eyes. All of us, Russian society, will have to do an enormous amount of work to realize our responsibility for these events.

We demand an immediate end to the war.

Lettre ouverte de géographes russes contre les actions de guerre en Ukraine

Au Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine,

Nous, citoyens de la Fédération de Russie, géographes, enseignants, scientifiques, étudiants, doctorants et diplômés, signataires de cette lettre ouverte, conscients de notre responsabilité vis à vis du destin de notre pays, nous nous opposons catégoriquement à toute action militaire sur le territoire de l’Etat souverain d’Ukraine et exigeons un cessez-le-feu immédiat des deux côtés ainsi que le retrait des troupes russes vers le territoire de la Russie.

Nous considérons qu’il est immoral de nous taire à ce moment précis, quand chaque jour et chaque heure des gens meurent du fait d’actes de guerre. Les opérations de combat menacent des sites vulnérables, tels que la centrale nucléaire de Tchernobyl, les centrales hydroélectriques sur le Dniepr et les exceptionnelles réserves de biosphère de l’Ukraine. Il est inadmissible, au XXIème siècle, de prétendre résoudre des conflits politiques les armes à la main ; tout conflit que ce soit, interne à l’Ukraine ou entre nos deux États doit être résolu uniquement par la voie de la négociation. Peu importe par quoi on justifie l’invasion de l’armée russe : les citoyens russes d’aujourd’hui comme les générations à venir en Russie en paieront le prix.

Cette opération militaire vide de sens les efforts déployés depuis bien des années tant par les géographes que par des chercheurs d’autres disciplines pour la sauvegarde des paysages, pour lutter contre le changement climatique, pour la création de zones naturelles protégées, pour organiser un développement pacifique des économies de Russie et d’Ukraine, et pour le développement de leur coopération transfrontalière. Nous ne pouvons pas renoncer à notre mission : continuer à contribuer à un développement pacifique et harmonieux de notre pays ainsi qu’à son intégration dans l’économie mondiale.

Nous voulons vivre sous un ciel pacifique, dans un pays ouvert au monde et dans un monde ouvert à notre pays, continuer à faire de la recherche au nom du monde, pour le du bien-être de notre pays et de l’ensemble de l’humanité. Les opérations de guerre doivent cesser immédiatement !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.