Recensements des enseignements en histoire environnementale (2017-2018)

Renaud Bécot et Guillaume Blanc, membres du C.A. du RUCHE, ont procédé à un recensement des enseignements délivrés à l’université en histoire environnementale (1).

Lien vers la cartographie des enseignements :

Les résultats de l’enquête, effectuée par le biais de mails envoyés sur différentes listes de diffusion d’associations scientifiques et professionnelles indiquent au premier regard l’importance prise par l’histoire environnementale dans les universités françaises en une décennie. En 2008, cette historiographie restait cantonnée dans quelques établissements et était principalement enseignée à des étudiants de master ou de doctorat. En 2017-2018, ce sont plus de 1200 heures d’enseignement en histoire environnementale qui ont été dispensés dans une soixantaine d’établissements. Ces cours concernent plus de 2400 étudiants, et ce dès la licence. Au-delà de ces chiffres, les résultats du recensement font apparaître les grandes lignes suivantes.

Les enseignements d’histoire environnementale en France
– 61 cours dispensés surtout à l’université par 52 enseignants et enseignants-chercheurs : 43 cours se déroulent à l’université, 18 dans d’autres établissements (IEP, ENS, EHESS) ;
– Plus de 60% des cours dispensés sont exclusivement consacrés à l’histoire environnementale (38 cours sur 61); 23 incluent une perspective / focale en histoire de l’environnement ;
– L’effectif moyen est de 40 étudiants par cours : avec 47 CM (dont 21 avec TD), 2 TD et 12 séminaires dispensés, certains cours magistraux comptent un effectif de 200 étudiants, d’autres séminaires un effectif de 6 étudiants.
– Les cours concernent presqu’autant les Licence que les Master : sur 61 cours (soit 1279 heures), 32 (et 690h) concernent les Master, 28 (et 589h) concernent les étudiants de Licence.
La géographie des enseignements
Sans surprise au regard du paysage universitaire français et de l’histoire du champ disciplinaire en France, l’Ile-de-France concentre une part importante des enseignements : environ un tiers des cours recensés se tiennent dans des établissements franciliens. Toutefois, l’agglomération lyonnaise s’impose aussi comme un territoire propice à l’histoire environnementale. Quelques pôles régionaux s’affirment, en présentant une concentration d’enseignements spécifiquement dédiés à l’histoire environnementale, en particulier dans le Sud-Ouest et dans le Grand-Ouest. Malgré le développement de l’histoire environnementale, son enseignement reste très inégalement distribué dans l’hexagone.
-Paris et région parisienne : 1/3 des cours (7 cours à l’université, 15 à l’EHESS, l’ENS et Sciences Po)
– Région Rhône-Alpes : 8 cours (universités Lyon 2, Lyon 3, Saint-Étienne & Sciences Po Lyon, Grenoble, Auvergne)
– Sud-Ouest et Occitanie : 11 cours (universités Pau et pays de l’Adour, Toulouse Jean Jaurès, Bordeaux Montaigne et Montpellier 3)
– Grand-Ouest : 7 cours (universités d’Angers, de Brest, de Rennes 2)
– Nord : 6 cours (universités d’Amiens, de Lille 3, de Valenciennes & Sciences Po Lille)
– Est : 5 cours (universités de Haute Alsace et de Strasbourg, Bourgogne)
– Centre : 1 (Orléans)
Les filières des enseignements
La conclusion inattendue de ce recensement porte sur la diversité des disciplines participant à l’enseignement de l’histoire environnementale. Certes, la majorité (70%) des enseignements recensés concernent les départements d’histoire des établissements d’enseignement supérieur. Toutefois, de fortes complémentarités entre disciplines apparaissent dans ce recensement.
D’une part, l’histoire environnementale états-unienne a longtemps entretenu – et continue de nourrir – un dialogue étroit avec les les science studies. Ces échanges se traduisent en contexte francophone par une représentation importante d’enseignements recensés dans des filières s’inscrivant dans des filières dites « Sciences, Technologies, Sociétés » (cinq enseignements).
D’autre part, l’histoire environnementale européenne et francophone présente la particularité d’être nourrie par la tradition d’une géographie historique préoccupée par la transformation des écosystèmes. 11 enseignements recensés dans des départements de géographie se présentent ainsi comme des cours d’histoire environnementale.
En plus de ces parentés disciplinaires classiques, nous constatons également une petite représentation de l’enseignement de l’histoire environnementale dans des filières de langues étrangères appliquées (4 cours) ou dans des facultés de droit (2 cours).
Le bilan de ce recensement ne saurait être exhaustif. La géographie de cet enseignement reflète probablement l’existence de traditions intellectuelles locales, qui mériteraient d’être mieux documentées que par ce recensement.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.