Appel à communication « Patrimonialiser la nature »

Un colloque international, « Patrimonialiser la nature : valeurs et processys », se tiendra les 7-8-9 septembre 2011 à l’université de Pau et des pays de L’Adour.

L’objectif de ce colloque ouvert aux chercheurs issus des différentes disciplines des sciences sociales et humaines est d’explorer le processus de patrimonialisation de la nature dans sa composante géographique.
La patrimonialisation, mouvement sociétal de grande ampleur tout au long du XXe siècle, peut se définir comme des procédures d’appropriation développées par plusieurs intervenants ou groupes sociaux qui mettent en exergue des valeurs (mémoire, esthétique, singularité…) permettant à des objets d’acquérir la qualité de patrimoine. Ces biens communs à transmettre aux générations futures, prémices humanisés du développement durable, ont connu une expansion sans précédent pour reprendre une expression de Françoise Choay. Ainsi, le processus d’appropriation patrimoniale a porté sur des objets appartenant à des périodes historiques de plus en plus récentes jusqu’à estomper la limite entre élément du passé et élément du présent. L’appropriation s’est aussi intéressée à des éléments de plus en plus variés, passant d’un souci de transmission de multiples biens matériels à des biens immatériels tout aussi variés. De nombreuses épithètes sont donc venues s’adjoindre au mot patrimoine : patrimoine naturel, bâti, vernaculaire, paysager, culturel, etc.

Les propositions sont à envoyer avant le 15 janvier 2011.

L’appel à communication est disponible sur « Calenda » : http://calenda.revues.org/nouvelle17729.html

Journée d’études 13 décembre 2010 : « Nouvelles perspectives en histoire environnementale du XXe siècle »

Stéphane Frioux vous invite à la journée d’études organisée conjointement par le RUCHE et l’équipe « Pouvoirs, villes et sociétés » du LARHRA à l’ENS de Lyon, le 13 décembre prochain.

La journée laissera une place primordiale aux jeunes chercheurs (fin de M2, doctorants, post-doctorants).

Programme téléchargeable ci-dessous, ou sur calenda  ( http://calenda.revues.org/nouvelle17772.html )

Journée Etudes Histoire environnementale LARHRA & RUCHE déc 2010

Journées d’études, Paris 28 et 29 mai 2010

Journées d’étude RUCHE 2010 tenues les vendredi et samedi 28 et 29 mai 2010 à l’EHESS, 105 boulevard Raspail, Paris 6e

Ressources  et crises des ressources. Enjeux interdisciplinaires

2ème Journée d’étude du Réseau Universitaire des Chercheurs en Histoire Environnementale

28- 29 mai 2010

Responsables :

Corinne Beck, professeure d’histoire – CALHISTE- Université de Valenciennes

Eric Fabre, maître de conférences en écologie – IUT de Digne- Université de Provence.

Position

La question des ressources naturelles et de leur épuisement envahit les débats politiques contemporains. Elle occupe également une place majeure dans les problématiques environnementales, objet d’étude des historiens, des géographes, sociologues et biologistes. Peuvent alors se combiner, autour de cette idée de ressource et de crise des ressources, deux points focaux de la réflexion : celui du politique et de la gestion de la chose publique, et celui de la connaissance académique éclatée entre disciplines.

L’objet de cette Journée du Réseau Universitaire des Chercheurs en Histoire de l’Environnement (RUCHE) est d’historiciser cette notion de ressource en démêlant les fils des élaborations parallèles par les diverses disciplines. Des chercheurs en Sciences Humaines et Sociales comme en Sciences de la Terre et de la Vie se sont investis dans ce type de recherches dont témoigne, ces dernières années, la multiplication de séminaires, de colloques, de publications. La diversité des approches invite à faire le point sur la façon dont chacune a pris en compte la question des ressources et sur les évolutions des dernières décennies à cet égard. Aussi est-il paru opportun dans ce cycle des Journées d’étude mis sur pied par le RUCHE, de consacrer l’une d’entre elles à un état des lieux « d’historiographie interdisciplinaire ».

La question de la construction d’articulations entre les différentes disciplines, qui seule permet d’engager une réflexion collective, sera au cœur des débats. Mais, il importe dans un premier temps de réduire la complexité sémantique, préalable nécessaire à une clarification des concepts et des méthodes mis en œuvre dans chaque domaine. Alors, peut s’ouvrir une réflexion sur l’élaboration de nouveaux savoirs scientifiques et leurs capacités d’expertise scientifique. Les Sciences Humaines et Sociales, et plus particulièrement l’Histoire, en articulation avec les Sciences du Vivant, doivent apporter leur contribution à la prospective en matière d’environnement. Cette connaissance académique pluridisciplinaire a toute sa place dans les décisions d’aménagement et de gestion.

Programme

Vendredi 28 mai 2010

Salle 4, EHESS 105 boulevard Raspail

A partir de 9h30 – Accueil des participants

10h00- 12h00 – Assemblée Générale du RUCHE

14h00 – Yves ALPE, économiste, Maître de conférences HDR, UMR P3-ADEF, Université de Provence : « Le concept de « ressources » est-il « épuisable » ? – Quelques aperçus sur l’évolution du vocabulaire économique ».

14h45 – Bertrand SAJALOLI, géographe, Maître de conférences, Université d’Orléans – CEDETE EA 1210 : « Aux sources de la géographie, les ressources de l’espace ».

15h30 – Martine CHALVET,  historienne, Maître de conférences, Université de la Méditerranée – DESMID : « Panorama historiographique des ressources forestières » .

16h15 – Discussion

Samedi 29 mai 2010

Salle 7, EHESS 105 boulevard Raspail.

9h30 – Patrick FOURNIER, historien, Maître de conférences, Université Blaise Pascal/ Clermont II – CHEC (EA 1001) : « L’évaluation des usages de la ressource en eau : de l’histoire économique à l’histoire environnementale ».

10h15 – Jean-Paul BILLAUD, sociologue, Directeur de recherches CNRS – Ladyss — Universités de Paris 1 et Paris 10, « Les ressources : de la pluridisciplinarité à l’interdisciplinarité. La quête d’un objet déformé en sociologie ».

11h00 – Discussion

Les savoirs de l’eau

Journée d’étude organisée par Alice Ingold (MCF à l’EHESS) à l’Ecole Française de Rome, le 12 novembre 2010

« Les savoirs de l’eau entre science, technique, droit et administration (XVIIe-XIXe siècle) »

Programme à télécharger ci-dessous

Prog 12 nov 2010 -Les savoirs de l’eau



Cette journée sera consacrée aux savoirs de l’eau tels qu’ils se développent, s’institutionnalisent et circulent entre XVIIe et XXe siècles. On s’intéressera ici aux questions ouvertes par la mise en place de réseaux de navigation par canaux, aux savoirs développés pour l’endiguement des fleuves et le partage des alluvions, pour l’irrigation et l’usage énergétique de l’eau, pour l’assèchement des zones humides. On entend délibérément se situer à la croisée des recherches sur l’histoire des administrations et sur l’histoire des sciences et des savoirs. Les enquêtes seront attentives à la diversité des logiques de production des savoirs de l’eau, combinant des rapports de missions et de voyages, des réponses à des concours de sociétés savantes, des commandes institutionnelles, des réponses à des enquêtes administratives ou juridiques nationales, sans oublier des expertises de juristes ou de corps professionnels en cours de constitution, des traités et des thèses de droit, des documents de magistratures en charge des questions d’eau. Cette diversité renvoie à la variété des acteurs qui concourent alors aux savoirs de l’eau, et qu’on souhaite observer au-delà des figures les plus connues du mathématicien et de l’ingénieur : agronomes, militaires, administrateurs, juristes et avocats.


La circulation de ces savoirs retiendra tout particulièrement l’attention, au travers de l’étude de voyages et de correspondances d’ingénieurs, de juristes ou d’administrateurs, mais aussi grâce à l’étude d’entreprises de traduction et d’édition de textes. On sera attentif en même temps à l’ancrage local de la production des savoirs sur l’eau, formalisés à l’occasion de litiges territoriaux localisés. Ces savoirs s’inscrivent en effet dans des systèmes juridiques parfois fort différents, où coexistent l’affirmation de la domanialité des eaux, le rattachement des eaux courantes non domaniales à la catégorie des choses communes (res communis) avec le Code napoléonien, et des formes d’appropriation privative des eaux. Le sort, disputé, des eaux courantes interroge le rôle de l’État et celui de ses administrations dans la modernisation agricole et industrielle des pays. Comment concilier la liberté du propriétaire, ou l’usage commun à tous, avec des formes de régulation permettant de faire prévaloir un intérêt public ? Dans le croisement de formes d’appropriation privative et de modalités de régulations, concurremment judiciaire et administrative, se mesure le difficile équilibre entre le respect de la propriété et la poursuite de l’intérêt public. La régulation des eaux est un secteur, dans lequel la poursuite de l’intérêt public n’est pas confiée uniquement à l’autorité administrative et à ses corps techniques, mais aussi, dans une certaine mesure, à l’autorité judiciaire. La régulation de cette ressource se situe ainsi de façon originale à la lisière entre droit civil et droit administratif.


Les savoirs de l’eau seront ainsi envisagés à partir de leur mise en œuvre dans des choix de politique publique et dans les formes de régulation et d’arbitrage des usages de l’eau : savoirs techniques et naturalistes, mais aussi savoirs métrologiques, sans oublier les savoirs juridiques. Ces différents savoirs sont enrôlés dans une conflictualité, dont les ingénieurs se présentent alors comme les nouveaux arbitres : se propulsant à une place d’interprètes neutres de la nature, ils participent pourtant à la constitution d’une nature dont les dimensions historiques et surtout juridiques sont gommées.

Appel à communication « Techno-Topologies »

Vous trouverez ici un appel à communication pour une conférence organisée par l’école de formation doctorale « Topology of Technology » de l’université de Darmstadt (3-5 mars 2011).
Date limite d’envoi des propositions : 31 octobre 2010

CfP GS ToT Final Conference 2011

Plus d’informations sur le site de l’université technique de Darmstadt :