Journée d’étude : « Histoire des usages et des pratiques de l’environnement », Arras, 29 Mars 2011 (date limite inscription 15 mars)


Le Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Histoire de l’Environnement » (CNRS, INSHS & INEE), en collaboration avec
le laboratoire de Géographie EA 2468 DYRT (Artois), organise une

Journée d’étude
« Histoire des usages et des pratiques de l’environnement »

Université d’Artois, campus d’Arras, mardi 29 mars 2011

La nature et plus généralement l’environnement a depuis longtemps suscité des aménagements, des usages et des formes d’organisation entretenus et adaptés aux découvertes techniques et aux évolutions sociales, politiques et économiques. Aujourd’hui, les problèmes de ressources en eau et en terre, comme celui du devenir de la couverture végétale s’aggravent sur fond d’incertitudes climatiques et de
transformations des politiques publiques. Les pratiques et les usages de l’environnement ont évolué au cours du temps pour donner naissance à de nouveaux modes de gestion et de protection. Le réseau thématique pluridisciplinaire1 « Histoire de l’environnement » (CNRS), créé en janvier 2010, organise quatre journées d’études, dont la première porte sur l’histoire des usages et des pratiques de l’environnement. 2

1
Un réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) est un regroupement institutionnel de compétences, de laboratoires, d’équipes de recherche ou de scientifiques, appartenant à des disciplines différentes, autour d’un thème particulier ou d’un objectif défini.
2
1. Histoire des usages et des pratiques de l’environnement ; 2. Histoire des modes de régulation environnementale ; 3. Histoire des vulnérabilités ; 4. Temporalités environnementales


Cette journée cherche à explorer une histoire des pratiques attentive aux usages du milieu par sa construction, sa transformation, ses ajustements au cours du temps, qu’ils soient individuels ou collectifs, intégrés à un cadre juridique ou non. Ces usages permettent de relire l’histoire du paysage en cherchant à comprendre comment la matérialité détermine les lignes de force du paysage (exemples de la trame
antique, des fossés bordiers, des remues de troupeaux, des réseaux souterrains qui structurent les espaces urbains…) tout autant que l’histoire de ses marges territoriales et des milieux réputés difficiles (haute montagne, grands ensembles d’étangs, tourbières…).
Pour cela il convient de distinguer les usages des pratiques même si dans les discours actuels les termes semblent être proches voire confondus. Bien qu’ils relèvent d’un champ sémantique commun relatif à l’activité humaine, ces deux termes n’en restent pas moins distincts dans la mesure où on parle d’usage lorsqu’on met l’accent sur l’objet qui offre des fonctions et des services débouchant sur des usages, tandis qu’on parle de pratique lorsqu’on met l’accent sur l’homme. Ainsi cette distinction génère une certaine catégorisation opposant usagers, praticiens et/ou décideurs. Les représentations sociales de la nature que se font les acteurs sont structurées par des référents culturels parfois opposés. Elles sont le reflet des rapports sociaux et dépendent des capacités technologiques et des choix économiques de la société. Ces diverses représentations génèrent des usages et des pratiques parfois contradictoires et inconciliables.
Les usagers ne font qu’utiliser les ressources et les potentialités offertes par l’environnement (dimension économique) alors que les praticiens développent un comportement ayant une finalité (dimension sociale, sociologique). Pour explorer toutes les dimensions du thème de cette première journée d’étude, quatre thèmes principaux de réflexion ont été retenus :

Thème 1 : Perceptions des usages et des pratiques de l’environnement : de la mise en valeur au
développement durable.
Un exemple parmi d’autres concerne par exemple l’évolution des rapports qu’ont
entretenu les sociétés au cours du temps avec les « zones humides », des grands travaux d’assèchement antiques,  
médiévaux et modernes à leur conservation et protection depuis la fin du XXe siècle.

Thème 2 : Effets induits des usages et des pratiques sur l’environnement : ajustements, stratégies
d’adaptations et transformations
. Il s’agit de mieux comprendre comment l’évolution des milieux est liée à une
succession de processus actifs, interactifs et rétroactifs pour partie naturels et pour partie causés par les interventions
humaines afin d’évaluer les effets sur l’environnement d’usages, de pratiques ou de politiques publiques et de retracer
leur histoire en mettant en évidence leur évolution. Un exemple récent est l’évolution des paysages agricoles depuis les
années 1960 avec une période de transformations importante liée aux aménagements fonciers, et l’analyse critique qui en
a été faite amenant à une gestion intégrée des paysages.

Thème 3 : Sources, méthodes et outils d’analyse des usages et pratiques de l’environnement : de
l’analyse scientifique à l’outil opérationnel.
Il s’agit de critiquer les sources et les données acquises, de
construire des outils d’analyse et de nouveaux protocoles, de fournir aux gestionnaires des moyens d’améliorer les
performances des services d’environnement collectifs ou individuels, à l’aide d’outils de régulation, de gestion intégrée
des territoires, modèles intégrés Ressources-Usages, représentations simplifiées supports de négociation, des
instruments économiques, des modes de coordination avec des représentants des collectivités et des supports de
participation des usagers.

Thème 4 : Gestions des usages et des pratiques de l’environnement : constats, enjeux et prospectives ; quelles gestions pour demain ? Il s’agit de réfléchir en diachronie comme en synchronie sur les manières de mieux coordonner les politiques sectorielles, d’aménagement du territoire et de l’environnement dans un contexte d’usages multiples des ressources, souvent concurrents, et d’une grande pluralité d’acteurs concernés.

Le programme de la journée d’étude est en cours de finalisation et sera diffusé prochainement.

Inscription : Olivier ROTA (olivier.rota@univ-artois.fr) 03 21 60 38 18
Contact : Marc GALOCHET (marc.galochet@univ-artois.fr)

Pour en savoir plus sur le RTP « Histoire de l’environnement », voir son site.

Parution : « In Nature We Trust ». Les Paysages anglais à l’ère industrielle

Charles-François Mathis, PUPS, 2010.

Comment sont nés les premiers mouvements de protection de la nature ? Quelles ont été leurs motivations et leur idéologie ? Quelles résistances et quels soutiens ont-ils rencontrés ? Ce sont les questions auxquelles cet ouvrage tente de répondre, en étudiant le cas de l’Angleterre entre 1750 et 1914, espace symbolique du développement de l’industrialisation et de l’urbanisation, et l’un des pays pionniers en matière de préservation de la nature.

Partant de la transformation du regard porté sur une nature devenue paysage et de l’analyse d’une idéologie « environnementale » en pleine élaboration – notamment dans les écrits de Wordsworth, qui insiste sur les valeurs patriotique et spirituelle des paysages anglais –, cette histoire est complétée par celle des actions menées par les différentes associations de protection de la nature, dont les plus importantes, comme le National Trust, sont étudiées en détail. De la chanson au tableau de maître, des premières photographies aux plus grands poèmes de l’époque victorienne, en passant par les témoignages recueillis dans les rapports du Parlement, cet ouvrage éclaire ainsi d’un jour nouveau les origines de la relation si particulière du peuple anglais à ses paysages.


21/10/2010
16×24
688 p.
24 p. HT couleur, 50 ill. en noir in-texte
ISBN : 978-2-84050-577-8

Prix : 28 Euro(s)

   

Parution : La Soif de Jérusalem. Essai d’hydrohistoire (1840-1948)

Vincent LEMIRE, La soif de Jérusalem. Essai d’hydrohistoire (1840-1948), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, 664 p. (64 pl., cartes et fig.)
16 x 24 cm
664 pages
ISBN 978-2-85944-659-8
ISSN 0768-1984
Prix : 45€

Lien éditeur : http://www.univ-paris1.fr/services/publications-de-la-sorbonne/parutions-2011/



(vous y trouverez  un bon de commande accompagné de quelques extraits du livre : table des matières, avant-propos, préface, introduction, conclusion)


• L’histoire urbaine de Jérusalem aux XIXe et XXe siècles, ensevelie sous les mémoires concurrentes, a fini par s’effacer derrière les conflits symboliques et nationalistes. Pour rompre avec une vision étroitement communautariste et géostratégique de la Ville sainte, pour en faire rejaillir la dimension profane et quotidienne sans perdre de vue l’agencement de ses territoires, de ses monuments, de son relief et de ses citadins, Vincent Lemire a choisi de faire l’histoire de la ville au prisme de la question de l’eau. Perchée à plus de 700 mètres d’altitude, Jérusalem manque cruellement d’eau potable, surtout entre les années 1840, moment du décollage démographique, et l’inauguration en 1936 de la monumentale canalisation de Ras el-Aïn. La  » soif de Jérusalem  » devient dès lors un enjeu majeur de l’action publique, qu’elle soit portée par les autorités civiles et religieuses de la ville ou par les puissances internationales qui s’en disputent le contrôle.

L’histoire de cette longue quête hydraulique, dominée tour à tour par les archéologues et les philanthropes occidentaux, puis par les autorités impériales ottomanes et les édiles municipaux et enfin par les porte-drapeaux du projet sioniste et du nationalisme palestinien, s’appuie sur l’analyse de sources très diverses et largement inédites : archives de la municipalité ottomane et mandataire de Jérusalem, archives de l’administration des waqf, archives impériales d’Istanbul, archives consulaires et diplomatiques de Londres, Nantes et Paris, archives du mouvement sioniste à Jérusalem, collections privées. Cette étude pionnière montre que la question hydraulique est un passionnant observatoire pour l’histoire urbaine et dessine les contours d’une nouvelle méthode historique, l’hydrohistoire, particulièrement efficace pour comprendre des lieux saturés de sens comme la ville de Jérusalem.


Vincent Lemire, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée
et membre du laboratoire  » Analyse comparée des pouvoirs  » (EA 3350). Ses recherches actuelles portent sur Jérusalem et le Proche-Orient contemporain, l’histoire environnementale et la patrimonialisation urbaine.

Parution : « Common Ground. Integrating the Social and Environmental in History »

Geneviève Massard-Guilbaud et Stephen Mosley (eds), Cambridge Scholar Press, 2011.

Cet ouvrage bilingue, français/anglais rassemble quelques-unes des contributions issues du colloque international du même titre organisé par Geneviève Massard-Guilbaud et Stephen Mosley à l’EHESS, Paris, en septembre 2008 autour de l’idée que problèmes sociaux et environnementaux ne peuvent ni être opposés, ni être séparés. Le colloque avait réuni près de 90 orateurs venus de tous les continents. Sont proposées ici une sélection de communications retravaillées, présentées de façon thématique.

Voir le début du livre et la Table des matières

Site de l’éditeur

Offre de stages étudiants : BRGM, Lyon

Le Service Géologique Rhône-Alpes du BRGM travaille à la réalisation de l’inventaire historique urbain (IHU) des anciens sites industriels et activités de service du Grand Lyon qui s’accompagne d’un travail de recherche et de dépouillement d’archives datant du milieu du XIXème siècle jusqu’au années 90. En effet, le projet s’appuie totalement sur un inventaire de tous les sites industriels et activités de services se trouvant, pour la plupart, dans les dossiers des installations classées au titre de l’environnement. Ainsi, nous travaillons en étroite relation avec les Archives Départementales du Rhône (et M. Quernez) qui, non seulement nous donne accès aux différentes archives nous concernant mais qui nous accueillent également au sein de leurs locaux pour la phase de dépouillement.

Dans le cadre de ce projet, nous recherchons plusieurs stagiaires pour participer à la réalisation de l’inventaire historique urbain (IHU) des anciens sites industriels et activités de service du Grand Lyon. Il me semble que notre stage pourrait intéresser certains de vos étudiants tant pour l’aspect dépouillement en archives que pour celui de la localisation pour laquelle nous assurons une formation des étudiants au logiciel de SIG (Système d’Information Géographique) que nous utilisons.

Les stages que nous proposons, qui doivent débuter au plus vite, sont ouverts aux étudiants de Licence 3, Master 1 et Master 2 selon les profils et cursus. Vous trouverez tous les détails nécessaires dans le document joint : BRGM_STAGE 2011 IHR_IHU_Lyon, que vous pouvez diffuser à vos étudiants.

Contact : jmamder@brgm.fr