Parution. Eric Baratay, “Le Point de vue animal. Une autre version de l’histoire”.

   Eric Baratay (Lyon 3) fait paraître un nouvel ouvrage intitulé Le Point de vue animal. Une autre version de l’histoire, édité au Seuil, dans la collection L’Univers Historique.

Ce livre aborde l’histoire à partir du point de vue des animaux, leurs manières de vivre, de sentir, de réagir. Ce récit décentré cherche à montrer comment les bêtes ont vécu et ressenti les phénomènes   historiques dans lesquels elles ont été entraînées, comment elles ont réagi et même forcé les hommes à        changer d’attitude.

Journée d’étude. “Les fèces animales: des nuisances aux ressources, à la ville et à la campagne”. Paris, 4 avril 2012

Olivier FANICA et Nicolas MAUGHAN organisent une journée d’étude autour du thème “Les fèces animales: des nuisances aux ressources, à la ville et à la campagne” sous l’égide de  la Société d’Ethnozootechnie et du Conservatoire National des Arts et Métiers.

Celle-ci se tiendra au CNAM (292 rue Saint Martin, Accès 11, Amphi V Jean Prouvé, Paris 75003) le 4 avril 2012.

Le programme complet est consultable ici.

Parution. Revue Ecologie et Politique spécial “Penser l’écologie politique en France au XXe siècle” sous la coordination de Jean-François Mouhot et Charles-François Mathis

Le n°44 d’Ecologie et Politique comporte un dossier “Penser l’écologie politique en France au XXe siècle” sous la coordination de Jean-François Mouhot et Charles-François Mathis, tous deux membres du RUCHE.

Ce numéro aborde les spécificités de l’écologie politique française. Il présente plusieurs penseurs précurseurs de ce mouvement politique (Bertrand de Jouvenel, Denis de Rougemont, Robert Hainard, Serge Moscovici, Bernard Charbonneau, Jacques Ellul et André Gorz) et s’interroge sur le manque de visibilité hors de France. Il offre, par ailleurs, un point de vue comparatiste avec nos partenaires européens, la Grande-Bretagne en particulier, pose la question du rapport entre écologistes et environnementalistes dans les années 1970 et considère la place de l’écologie dans les périodiques d’extrême gauche avant 1968.

Pour en savoir plus

Séminaire HEnRI. “Sources orales et histoire de l’environnement”. Université Catholique de Louvain. 26 avril 2012

La prochaine séance du groupe HEnRI (Histoire de l’environnement – réseau interdisciplinaire) aura lieu le 26 avril prochain à l’Université  catholique de Louvain. Organisée par Chloé Deligne (ULB), Isabelle PARMENTIER (FUNDP) et Olivier SERVAIS (UCL), elle proposera un regard interdisciplinaire sur  l’utilisation des sources orales en histoire de l’environnement. Cette séance se tiendra au Local LECL 60 (Bâtiment Leclerc), Place Montesquieu 1, Louvain-la-Neuve, de 9h30 à 12h30.

 Pour en savoir plus.

Mise en ligne du site “Mémoire des catastrophes”.

Ce site est administré par l’Institut pour l’Histoire et la Mémoire des Catastrophes, fondé et présidé par Serge Tisseron, avec le soutien du Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement.

Memoiredescatastrophes.org recense 256 catastrophes climatiques, écologiques ou industrielles et les aborde sous un angle nouveau. Il s’agit d’une banque de donnée rassemblant les témoignages individuels ayant trait à une catastrophe donnée. “Mémoires et Histoire sont dans un échange permanent. L’histoire officielle permet de créer une mémoire collective qui échappe au risque de l’oubli, tandis que les multiples mémoires individuelles lui donnent le poids de souvenirs et d’émotions qui la rendent vivante. La première est en quelque sorte l’ossature du souvenir tandis que les secondes sont ses muscles et ses nerfs. Autant dire que leur articulation est indispensable.”

Comme le souligne Serge Tisseron, Président Fondateur de l’IHMeC, “les mémoires individuelles ne contribuent pas seulement à nourrir l’Histoire. Elles participent aussi à la résilience des générations actuelles et futures, c’est à dire à leur capacité de faire face à des drames dont on sait aujourd’hui qu’ils sont inévitables. La connaissance des événements du passé et les échanges intergénérationnels autour d’eux sont en effet une clé essentielle de la capacité de nos enfants à surmonter les aléas du futur en leur permettant de prendre conscience de leurs possibilités et de se penser comme acteur en lien avec les autres.”

http://memoiredescatastrophes.org/