Archives de catégorie : Varia

L’histoire de l’environnement à la radio, suite

Après la série consacrée à l’histoire environnementale par « La Fabrique de l’Histoire » du 28 au 31 mars, Fabien Locher, membre du RUCHE, participera le 6 mai 2011 à l’émission « Le Champ des Possibles » sur France Culture (18h20-19h).

Le thème est :

Le destin de l’île de Pâques incarne-t-il celui de l’humanité ?

06.05.2011 – 18:20

Avec Daniel Tanuro, auteur de l’Impossible Capitalisme Vert publié aux éditions La Découverte / les Empêcheurs de Penser en rond.
Luc Folliet, auteur de Nauru, l’île dévastée, comment la civilisation capitaliste a détruit le pays le plus riche du monde. La Découverte
Fabien Locher, historien de l’environnement au CNRS ou à l’EHESS

Journée Histoire de l’Environnement – Bruxelles – 11 mai 2011

Dans le cadre du Groupe de contact FNRS « Histoire de l’Environnement – Réseau Interdisciplinaire » HENRI, une séance aura lieu le mercredi 11 mai 2011 à l’Université Libre de Bruxelles

(LOCAL AW1.124 ;  Plan d’accès (bâtiment A, porte W) : http://www.ulb.ac.be/campus/solbosch/plan.html


Organisée par Chloé Deligne et Isabelle Parmentier, elle aura pour thème « Les acteurs de la protection de l’environnement ».


La protection de l’environnement et l’émergence des préoccupations écologiques se sont imposées progressivement au fil du temps. Cette posture s’articule sur l’identification des objets nécessitant l’attention des chercheurs et des militants, et sur l’engagement d’un certain nombre d’acteurs – médecins, politiciens, botanistes, agronomes… – qui ont fait progresser les connaissances et la lutte contre les nuisances environnementales. Ce savoir s’est notamment forgé par le contact avec d’autres cultures et d’autres natures, hors Belgique. L’objectif de la rencontre est de souligner le rôle de ces acteurs et de ces terrains.


Programme 11 mai 2011 HEnRI :


14h00               Introduction

par C. Deligne (ULB) et I. Parmentier (FUNDP)


14h15-15h00     Conférence inaugurale

Acteurs et objets d’histoire environnementale au Québec

par Stéphane Castonguay, Chaire de recherche du Canada en histoire environnementale du Québec (Université du Québec à Trois-Rivières)


15h15-15h35     Entre protection et exhibition : gestion des populations de gorilles de l’Est (Gorilla beringei) au Congo belge

par Violette Pouillard (ULB)


15h45-16h05     Le collecteur-naturaliste du XIXe siècle, source paradoxale d’une prise de conscience écologique ? Le cas belge

par Denis Diagre (Jardin botanique national de Belgique et ULB)


16h15-16h35     Les archives des mouvements pré-écologistes conservées à Etopia

par Marie-Laurence Dubois (Etopia)


16h45               Clôture des travaux et verre de l’amitié


Les rencontres du groupe de contact HEnRI sont l’occasion d’échanger des informations sur la thématique de l’histoire de l’environnement en Belgique (et ailleurs). Prospectus, annonces de colloques et de parutions récentes sont les bienvenus. Sauf exception, les séances du groupe de contact ne donneront pas lieu à publication.

Création du Réseau Mexicain en Histoire Environnementale

La création des Réseaux en histoire environnementale est un processus aussi en cours dans l’Amérique Latine. En effet, vient de naître le Réseau Mexicain en Histoire Environnementale, REMHA (Red Mexicana en Historia Ambiental, en espagnol). Comme le Ruche en France vis à vis de l’ESEH, elle se veut la branche mexicaine de la SOLHA (Société Latino-Américaine en Histoire Environnementale, sigles en espagnol).

L’initiative est venue des universités telles que le CIESAS Golfo, l’Universidad Veracruzana, l’Instituto de Ecología et le Colegio de Tlaxcala. Les chercheurs mexicains concernés, Hipólito Rodríguez, Narciso Barrera Basols, Micheline Cariño, Miguel Aguilar Robledo, José Antonio Ávalos et Rosalva Loreto, ont fait les premiers pas pour créer une autre association nationale.  Manuel González de Molina Navarro, chercheur espagnol de l’Universidad Pablo de Olavidea, fait aussi partie du processus –espérons que cette initiative puisse, bientôt, être possible en Espagne.

La REMHA a programmé une deuxième rencontre fin 2011, à San Luis Potosí. Pour adhérer ou contacter la REMHA: redmha@gmail.com

Série spéciale Environnement – « La Fabrique de l’Histoire » (France Culture)

France Culture, du lundi 28 mars au jeudi 1er avril : suite aux événements du 11 mars dernier au Japon,

LA FABRIQUE DE L’HISTOIRE (à 9h05) sera consacrée au thème Histoire de l’environnement


Le lundi, grand témoin :

Robert Poujade, ancien maire de Dijon, créateur du ministère de l’Environnement en France, nommé en janvier 1971 ministre délégué auprès du premier ministre, chargé de la protection de la nature et de l’environnement, dans les gouvernements Chaban-Delmas (janvier 1971-juillet 1972) et Messmer (juillet 1972-mars 1973), puis ministre de la protection de la nature et de l’environnement (Gouvernement Messmer, avril 1973-février 1974). Créateur du ministère de l’Environnement en France.


Le mardi, documentaire :

« Plateforme 70 », plateforme utopique

un documentaire de Perrine Kervran et Véronik Lamendour,

En 1946, à la suite de son canular atomique, Jean Nocher fait une série de neuf émissions d’anticipation, consacrée aux futures années 70. Il brosse le portrait d’un monde utopique: accès à l’éducation pour tous, gratuité des denrées de base, égalité des salaires, semaine de 12h, disparition de l’argent, des patrons et des politiques… – portrait qui relève autant des grands thèmes de la science fiction que des utopies traditionnelles.

Mais la série se fait aussi l’écho du côté sombre de cette période d’après guerre : de l’avancée vertigineuse des sciences, à l’ère atomique en passant par la technologie et la course à l’armement, qui fait planer la menace d’une guerre meurtrière entre deux blocs annonçant les prémices de la guerre froide.

C’est l’occasion de découvrir la personnalité particulière de Jean Nocher qui se voyait prophète en son temps, et, de vérifier, avec des témoins de l’époque, si ses préoccupations rejoignaient celles de l’opinion dans ce contexte de reconstruction, d’euphorie et de progrès.

La science était-elle en train de devenir un des rouages du pouvoir et d’entrer dans le champ politique?  Etait-elle aux yeux de l’opinion capable du pire comme du meilleur ou bien l’opinion était-elle plus intéressée par les loisirs, la culture américaine, le jazz et les bikinis?

Avec les témoignages du général  Pierre-Marie Gallois, Paul Robert, Jacques Chardonnier, Philippe Curval, Wiktor Stoczkowski, Dominique Pestre et Jean Ferniot.


Le mercredi, archives :

Table ronde avec archives sur l’histoire des catastrophes naturelles

Emmanuel Garnier, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Caen, enseignant-chercheur au Centre de Recherche d’Histoire Quantitative (CRHQ)

Fabien Locher, historien des sciences. Chargé de recherche au CNRS, auteur notamment de «Le savant et la tempête étudier l’atmosphère et prévoir le temps au XIXe siècle» (éd. Presses Universitaires de Rennes).

Anne-Marie Granet Abisset,  professeur d’histoire contemporaine à l’université de Grenoble, co-directrice de « Histoire et mémoire des  risques naturels » – en duplex de Grenoble


Le jeudi, débat historiographique :

Débat historiographique sur l’histoire de l’environnement

Grégory Quénet, maître de conférences Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, maître de conférences « Histoire environnementale » Sciences Po.

Vincent Lemire, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée.

Jean-François Mouhot, docteur en histoire au Department of Modern History, université de Birmingham – en duplex de Birmingham

Stéphane Frioux, Agrégé d’histoire, docteur en histoire de l’université Lyon 2, chercheur associé à l’UMR LARHRA Laboratoire de Recherches historiques Rhône-Alpes, membre fondateur du RUCHE, Réseau universitaire de chercheurs en histoire environnementale.

Offre de post-doc : Analyse des représentations liées au risque « inondation »

Dans le cadre du programme de recherche GEStion des risques liés aux crues par une meilleure prise en compte du TRANsit Sédimentaire (Gestrans), financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR), le projet de recherche du post-doctorant vise à renforcer la connaissance des attitudes à l’égard des événements hydrologiques extrêmes et à l’égard des dépôts sédimentaires dans la vallée de la Maurienne (Arc) et le Grésivaudan (Isère). Les savoirs, les valeurs et les comportements des habitants des communautés locales, des gestionnaires et des experts sont explorés par le biais d’un corpus d’articles issus de la presse quotidienne régionale, d’un questionnaire portant sur l’évaluation du paysage fluvial et le risque d’inondation, ainsi que d’une quinzaine d’entretiens semi-directifs réalisés auprès d’acteurs et décideurs.

Laboratoire d’accueil : UMR 5600 Environnement, Ville, Société (EVS)

http://umr5600.univ-lyon3.fr/

Profil souhaité

Le candidat doit être titulaire d’un doctorat en Sciences Humaines et Sociales (Géographie, Psychologie, Sociologie, Histoire…). Une maîtrise des techniques d’enquête (questionnaire, entretiens…), et des analyses statistiques est indispensable. La familiarité avec le travail en archives et/ou l’analyse de données textuelles (ADT) sera appréciée. Le candidat doit être en mesure de travailler en équipe et si possible posséder une expérience de l’interdisciplinarité. Une bonne maitrise de l’anglais est aussi vivement recommandée.

 

Conditions de travail

Rémunération forfaitaire brute mensuelle : 2 500 €

Nature du contrat de travail : CDD de droit public

Durée : 11 mois

Date de début du contrat : 1er septembre 2011

Lieu de travail : ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes 69007 LYON

Pour plus d’informations sur les modalités de candidature et sur les missions du post-doctorant, téléchargez le Profil_postdoc_UMR_EVS