Archives de catégorie : Billets

Séminaire international « Ville et santé »

Constantine (Algérie)

6 et 7 avril 2011

Appel à communication

« 1000 villes 1000 vies » a été le slogan de la journée mondiale de la santé le 07 avril 2010, exprimant par un raccourci édifiant la thématique de la santé et de l’urbanisation adoptée la même année. Une journée d’étude et de réflexion mise en œuvre conjointement par l’association ville santé d’El Khroub et le laboratoire Villes et santé de l’Université Mentouri de Constantine pour commémorer la journée mondiale de la santé a relevé, par de nombreuses communications et interventions de différentes disciplines, un intérêt particulier porté aux relations diverses qui lient le fait urbain (la ville) au fait sanitaire (la santé dans s es différentes dimensions : niveaux de santé, systèmes de soins,…). Comme elle a relevé que ces relations engagent l’environnement lui-même conçu comme cadre général ou comme « milieu » dans lequel se meuvent les habitants, ou encore comme déterminant économique et social de la santé (urbanisme, habitat, niveau de vie, pratiques sociales, offre et accès aux soins). Rappelons que notre premier séminaire de 2007 avait déjà mis en évidence cette étroite relation entre la santé et la qualité de l’urbanisation, et surtout l’intérêt porté par de nombreuses disciplines à cette problématique, notamment l’urbanisme et la médecine.

Journées d’étude du CTHS sur « Les sociétés savantes et l’environnement »

Paris, INHA

19-20 octobre 2010

Programme

Les journées d’étude du CTHS seront consacrées au rôle des sociétés savantes dans les découvertes scientifiques (botanique, géologie, histoire naturelle…) des XVIIIe-XIXe siècles ainsi qu’aux actions menées aujourd’hui en faveur de la préservation du patrimoine environnemental. Elles se dérouleront à l’INHA les 19 et 20 octobre 2010.

Archives: Séminaire mensuel RUCHE 2009-2010

Séminaire d’histoire environnementale RUCHE-GRHEN

Le séminaire, de nature historiographique, s’est tenu en 2009-2010 dans les locaux de l’EHESS, avec le soutien du Groupe d’Histoire Environnementale (GRHEN) du Centre de Recherches Historiques

Mardi 17 novembre 2009
Thème : Histoire des zones humides
Intervenant : Raphaël Morera
chercheur associé au CDHTE (CNAM/EHESS)

Mardi 15 décembre 2009
Thème : Histoire des risques et des catastrophes
Intervenant : Grégory Quénet
maître de conférence à l’Université de Versailles-Saint-Quentin

Mardi 19 janvier 2010
Thème : Santé et environnement dans l’histoire
Intervenant : Patrick Fournier
maître de conférences à l’Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2

Mardi 16 février 2010
Thème : Histoire du climat et de la météorologie
Intervenants : Emmanuel Garnier
maître de conférences à l’Université de Caen
et Fabien Locher, chargé de recherches  au CNRS

Mardi 16 mars 2010
Thème : Histoire de la biodiversité
Intervenants : Corinne Beck, professeur à l’Université de Valenciennes
et Éric Fabre, maître de conférences à l’Université de Provence

Mardi 30 mars 2010
John McNeill, Professeur à l’Université Georgetown, Washington DC, USA.
« The environmental History of Plantation Slavery in the Americas, 1600-1850 »

Ce programme est téléchargeable au format doc.

Adhérer au RUCHE

ADHERER AU RUCHE, POURQUOI  ET COMMENT ?


Ce site, que nous espérons enrichir au fil du temps, est évidemment ouvert à tous.

Néanmoins, en adhérant au RUCHE, vous manifesterez votre soutien à notre démarche, et donnerez du poids à notre association. Vous pourrez aussi participer à sa vie démocratique et à ses instances dirigeantes.

Le RUCHE étant la branche francophone de l’ESEH, l’European Society for Environmental History, nous vous encourageons également vivement à adhérer à cette société, qui compte plus de 700 adhérents et dont la prochaine conférence internationale se tiendra d’ailleurs en France à Versailles en juillet 2015.

Pour adhérer à l’ESEH, connectez-vous sur le site  http://eseh.org/

Cotisation pour adhésion au RUCHE

Membre enseignant, chercheur ou exerçant une autre activité professionnelle                    20 €

Etudiant en master ou doctorat           10 €

 

Pour adhérer, adresser un courrier mentionnant vos

Nom, prénom, date (ou année) de naissance

Institution (Université, laboratoire ou autre)

Domaine de recherche

Adresse email

Téléphone

Précisez que vous souhaitez adhérer au RUCHE, le montant de la cotisation choisie, datez, signez et adressez le tout accompagné d’un chèque à l’ordre du  RUCHE correspondant à ce montant (et d’une photocopie de la carte d’étudiant pour les étudiants), à

Elsa Devienne (trésorière du RUCHE)

37 rue de Nantes 75019 Paris

Merci de votre adhésion !

Vous serez ensuite inscrit-e à notre liste de diffusion, et pourrez également si vous le souhaitez disposer d’une notice dans notre annuaire.

L’histoire environnementale

Quelle histoire voulons-nous écrire ?

Les membres du RUCHE pensent nécessaire d’intégrer la dimension environnementale dans l’écriture de l’histoire, quel que soit le champ considéré : histoire économique, sociale, culturelle, histoire des techniques, histoire rurale ou urbaine…

L’histoire environnementale s’intéresse à la relation entretenue par l’homme et les sociétés avec le reste de la nature. Elle concerne aussi bien la dimension matérielle et économique (aménagement du territoire, structures agraires, construction et gestion des ressources, réseaux techniques, énergie, déchets…) que la dimension culturelle (perception de la nature, des paysages et de l’environnement, rôle de ceux-ci dans la construction des identités, dimension esthétique…), ou les aspects politiques, sociaux, institutionnels et juridiques des questions environnementales (politiques publiques ou privées, modes de régulation, construction et application des normes, gestion des risques, impact des pollutions sur l’homme et l’environnement, inégalités environnementales, etc).

Si l’histoire environnementale accorde une importance toute particulière aux temps longs, elle s’alimente d’études effectuées à toutes les échelles temporelles ou spatiales. Elle s’efforce de prendre en compte les conséquences à long terme des modifications apportées par l’homme à son environnement.

L’histoire environnementale est, par essence, pluridisciplinaire. Elle est pratiquée par des chercheurs issus de toutes les disciplines appartenant aux sciences humaines et sociales mais aussi aux sciences de la vie, de la terre et de la matière. Cette diversité fait sa richesse. Elle a pour corollaire une grande diversité méthodologique. Elle demande de chaque chercheur un effort d’ouverture et de tolérance vis-à-vis des approches d’autres disciplines que celle dans laquelle il a été formé, et et incite  au transfert ou l’adaptation de méthodes d’une discipline à l’autre.

L’histoire environnementale se définit donc plus par sa volonté de considérer l’homme comme partie intégrante des milieux dans lesquels il évolue, par son souci du long terme et par le rejet des visions économiste ou techniciste de l’histoire, que par ses objets, qui peuvent avoir été pris en compte par d’autres sous-disciplines historiques, parfois depuis longtemps.