Archives de catégorie : Appels à communications ou posters

Appel à communication : Lisières, landes, marais et friches (22-23 sept 2011)

Lisières, landes, marais et friches : les usages de l’inculte de l’Antiquité au XXIe siècle.

COLLOQUE de l’Association d’Histoire des Sociétés Rurales

en partenariat avec l’Université de Valenciennes et le Conseil Général du Nord

22 et 23 septembre 2011

Le Bûcher aux Moines, Parc départemental de l’Abbaye de Liessies,  59740 Liessies

Longtemps, les travaux d’histoire rurale ont opposé les espaces habités et cultivés (village, hameau, champ) à l’ensemble des forêts, des landes et des marais (supposés incultes et déserts), empruntant trop souvent d’ailleurs l’opposition classique ager/saltus, héritée des agronomes latins.

Si la forêt a suscité quelque intérêt, certes inégal selon les périodes envisagées, c’est surtout les terres de culture que les historiens ont explorées, délaissant les zones de « l’entre deux ». Les lisières forestières, les landes, les essarts et les espaces de cultures temporaires, itinérantes, les clairières pastorales, les marais et les zones humides, s’ils n’ont jamais été totalement ignorés, n’ont en effet guère suscité de travaux spécifiques. Il existe certes une historiographie sur ces terres du sauvage de proximité, pour reprendre l’expression des anthropologues. De nombreuses thèses d’histoire et de géographie rurales les ont évoquées en effet, mais ne leur consacrent généralement que quelques paragraphes.

À l’heure où de nouvelles normes environnementales sont définies, où ces espaces sont l’objet d’une valorisation et d’une protection croissante de la part des gestionnaires et aménageurs, il semble important de renouveler l’histoire de ces espaces. Tout récemment, de nouveaux éclairages ont été apportés s’attachant à certains de ces espaces au travers de la question de leur utilisation collective.

Ce colloque doit être l’occasion de réfléchir à l’évolution de la notion  d’incultum sur la longue durée, en intégrant plus particulièrement de nouvelles pratiques de recherche (approche systémique, interdisciplinaire) liées notam­ment au développement de l’archéologie et de nouveaux outils d’analyse (analyses paléo-environnementales) et conduisant à un renouvellement des positions épisté­mo­logiques. Par ces éclairages nouveaux, ce colloque entend sortir des « marges » ces espaces longtemps perçus comme « périphériques » du monde rural, amener à ré-ouvrir certains débats, à reprendre certaines questions largement considérées comme closes comme celui des « grands défrichements » médiévaux ou de la mise en valeur des zones humides préservées des campagnes de drainage.

Il s’agira d’examiner les liens entre ces espaces (et les milieux qui y ont attachés) et les sociétés, d’étudier la dynamique des contacts, de l’équilibre/déséquilibre constant, entre le bioclimatique et le social. Nous proposons d’insister plus particulièrement sur quelques aspects pouvant rassembler tant les historiens que les archéologues et les géographes, étant entendu cependant que ces orientations ne sauraient être exhaustives.

genèse de ces espaces, leurs dimensions spatiales, leurs rapports avec les phases de déprise et emprise agricole.

aspects paysagers et diversité de ces milieux sur lesquels l’archéologie notamment, apporte quelques éclairages très novateurs.

• aspects économiques et agronomiques : la production (de la cueillette à la spéculation foncière),  les modes d’exploitation.

utilisateurs de ces espaces : les structures sociales en rapport avec ces espaces et les modes de vie originaux souvent marginalisés qu’ils ont pu générer (porchers, charbonniers, essarteurs, etc.)

systèmes de représentation : rôle des réflexions agronomiques, discours du politique…

l’inculte, générateur de conflits autour du foncier, des ressources…, relations à l’intérieur des communautés rurales et entre celles-ci et les acteurs de l’espace rural (autorités publiques, seigneuriales, etc.).


Le comité scientifique, composé d’une dizaine de spécialistes de la question et des institutions organisatrices, retiendra les propositions qui entreront parfaitement dans les limites des axes proposés (les discours uniquement sur la forêt par exemple ne pourront être retenus) et qui fourniront un argumentaire convaincant. Les auteurs seront avisés du résultat de ses déli­bérations avant la fin du mois de mai. Des précisions seront alors données sur l’organisation matérielle du colloque, l’hébergement (La Héronnière – Parc Départemental du Val Joly   B.P. 28   59132 EPPE SAUVAGE), les liaisons entre la gare d’Aulnoye-Aymeries (direct depuis Paris ou Lille) et le lieu du colloque.

Les propositions de communication devront comporter un titre court et suggestif, 5 mots-clés et un argumentaire (3200 signes espaces compris présentés en une page sous fichier word de préférence), jalonné par quelques intertitres courts et explicites. L’auteur doit indiquer ses coordonnées (courriel, téléphone, coordonnées postales).

Ces propositions sont à adresser au plus tard le 31 mars 2011 aux adresses suivantes :

Bernard BODINIER, secrétaire de l’Association  d’Histoire et Sociétés Rurales : bodinier.bernard@wanadoo.fr

Corinne Beck       : cbeck16@wanadoo.fr.

Fabrice Guizard   : fguizard@gmail.com

Appel à communication : Disasters in French history

Call for Papers
Disaster in French History

The editors of _French Historical Studies_ seek articles for a special issue on the theme of disaster in French history.  As an interdisciplinary field, disaster studies has sought to understand the political, economic, cultural, and environmental consequences of disasters, both natural and human-made, on societies.  The experience of disasters in France has had a profound impact on the history of its people in both the metropole and colonies.

We invite articles on the theme of disaster broadly understood including, but not limited to, the following themes:

  o environmental degradation
  o urban decay or destruction
  o natural catastrophe (e.g., flood, heat wave, famine)
  o infrastructure failure (e.g. building or mine collapse)
  o events interpreted or experienced as disasters (e.g., acts of war, police actions, economic or financial crisis)

Queries regarding submission and all other matters regarding this special issue should be addressed to the guest editors Elinor Accampo (accampo@college.usc.edu) and Jeffrey H. Jackson (jacksonj@rhodes.edu).  Articles may be either in English or in French but must conform to _French Historical Studies_ style (see http://fhs.umn.edu/ for details) and must be accompanied by 150 word abstracts in both languages.  Papers should be between 8,000 and 10,000 words (up to but not longer than 14,000 words including notes).  For the inclusion of illustrations written permission must be obtained from the relevant persons or institutions for print and on‒line publication.

Manuscripts can be sent by post or electronically to the managing assistant of the journal, Richard Parks, _French Historical Studies_, Department of History, University of Minnesota-twin cities, 1110 Heller Hall, 271 19th Avenue South Minneapolis, MN 55455. E-mail:  (frhistst@umn.edu<mailto:frhistst@umn.edu>).  We encourage, but do not require, electronic submission of manuscripts.  Manuscripts submitted electronically should be sent in MS Word or Rich Text Format (RTF).

The deadline for submissions is August 1, 2011.

Prof. Jeffrey H. Jackson
Department of History
Director, Environmental Studies
  and Sciences Program
Rhodes College
http://www.rhodes.edu/academics/5000_5007.asp

Appel à communication, climat, savoirs et politique, XVIIIe-XXe siècles, Paris, 16 et 17 septembre 2011.

Ce colloque international a pour projet d’étudier les  liens entre Climat, Savoirs et Politique qui marquent le contemporain dans une perspective historique large, portant sur les XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Notre volonté est double. Refuser l’historicisme sommaire, qui ramène la prégnance ancienne de la question climatique au rang d’une antienne sans cesse réactivée — mais sans chercher à comprendre les logiques profondes qui s’y trouvent à l’œuvre. Mais aussi nous démarquer des grands récits de sortie de la « modernité » qui obscurcissent notre compréhension des dynamiques historiques et des situations contemporaines, au nom de la rupture avec un passé reconstruit sur mesure.

Une première série de questions concerne le caractère transversal de la notion de climat. Commune à plusieurs disciplines et formes de connaissance, relevant à la fois des sciences de l’homme et des sciences de la nature, l’idée de climat contribuait à dessiner un cadre spatial et temporel commun à différents types de savoirs. La prise en compte des différences climatiques entre les régions rapprochait ainsi la médecine, la géographie, la botanique et la législation. De même, l’étude du climat dans le temps en faisait une notion cruciale pour la géologie, pour l’histoire naturelle, mais aussi pour l’histoire des civilisations et des régimes politiques. À quelles époques et dans quels contextes ce caractère transversal a-t-il constitué un enjeu important ? Certains types de savoirs, comme la topographie médicale, ont-ils particulièrement oeuvré à la transversalité de la notion ? Quel rôle l’enregistrement statistique et sa dimension territoriale ont-ils eu dans la constitution du paradigme climatique ? Inversement, la recherche d’une science séparée de l’atmosphère et du « temps qu’il fait » a-t-elle contribué à le remettre en cause ? D’autres approches, comme les sciences sociales ou l’économie politique, se sont-elles constituées en opposition à un usage large de la notion de climat ? Comment les savoirs traitant de l’homme en société ont-ils intégré le questionnement climatique ?

Une deuxième série de questions concerne plus directement l’importance de la notion de climat dans le gouvernement des hommes et des choses. En quoi le climat a-t-il été, depuis l’époque moderne, une catégorie de la réflexion politique et des formes concrètes du gouvernement ? La grille de lecture climatique définissant des territoires hétérogènes, comment ces territoires étaient-ils caractérisés, en termes d’opposition Nord/Sud, Chaud/Froid, Extrême/Tempéré ? Comment cette caractérisation justifiait-elle des manières spécifiques de gérer les hommes et les environnements dans les espaces métropolitains et coloniaux ?

Plusieurs travaux ont montré l’importance de la question climatique dans la gestion des ressources forestières. Mais trouvait-elle d’autres objets d’application, notamment dans ce champ du gouvernement des ressources ?

Un troisième volet de la réflexion concerne le rôle du climat pour situer l’action humaine dans le temps. Catégorie de compréhension du présent et du passé, la notion de climat permettait-elle d’anticiper et de façonner le futur ? Au-delà des évocations littéraires, quels étaient les savoirs administratifs et pratiques mis en œuvre pour anticiper les bénéfices ou les difficultés que poserait l’évolution des rapports entre l’homme et le climat ? Quelle place cette notion a-t-elle occupée dans la réflexivité environnementale des sociétés du passé ? Comment ont été pensées la possibilité d’une action de l’homme sur le climat et ses conséquences en retour sur les groupes humains, les environnements, voire la planète toute entière ?

Autant de questions fondamentales que ce colloque ambitionne de travailler, dans une approche à l’intersection de l’histoire politique, de l’histoire environnementale et des science studies.

Les propositions d’intervention explorant le lien entre climat et gouvernement et celles qui permettent de tracer une histoire longue de la réflexivité environnementale seront particulièrement appréciées. Les thème suivants nous paraissent importants pour ce colloque : l’anticipation climatique, le climat dans les sciences humboldtiennes, le néohippocratisme, le climat dans l’anthropologie, l’acclimatation, l’eugénisme climatique, le climat dans l’économie politique et les sciences morales.

Les propositions de jeunes chercheurs sont bienvenues et les frais de déplacement et de logement seront pris en charge. La conférence se déroulera en anglais et en français.

Vous pouvez envoyer un résumé de 500 mots et un CV d’une page à climateconferenceparis@gmail.com avant le 15 mars 2011.

Organisateurs : Jean-Baptiste Fressoz, Fabien Locher, Julien Vincent.

ANR Profutur, IHMC, UMR ENS/CNRS 8066, CRH, UMR EHESS/CNRS 8558

Jean-Baptiste Fressoz

Lecturer, Imperial College, Londres

More Posts

Appel à communication « Protection et valorisation des ressources naturelles dans les Etats de Savoie »

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communication pour le colloque « Protection et valorisation des ressources naturelles dans les Etats de Savoie du Moyen-Age au XIXe siècle.  Contribution à une histoire du développement durable ».

Organisateur : Programme de Recherche sur les Institutions et le Droit des Anciens Etats de Savoie, Université de Nice

  Lieu : Cuneo

Dates : 6 et 7 octobre 2011.

Appel à communication PRIDAES

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à communication : Changing Landscapes: The Intersections of Culture, Politics, and Environment in Latin America (deadline: 1.02.11)

Stony Brook University
Latin American & Caribbean Studies Center
10th Annual Graduate Conference


Call for Papers:  http://www.h-net.org/announce/show.cgi?ID=180482

Changing Landscapes: The Intersections of Culture, Politics, and Environment in Latin America.

The Latin American and Caribbean Studies Center at SUNY Stony Brook invites presentation proposals for its annual graduate student conference to be held on April 8th, 2011.

Using the theme, “Changing Landscapes: The Intersections of Culture, Politics, and Environment in Latin America”, the conference seeks to open interdisciplinary discussions regarding environmental problems caused by ecological imbalance and natural disasters, economic and political cataclysms, and the resulting kafkian metamorphosis in the sphere of the imaginary. Since the 19th century nature has been understood as a static place meant to be transformed by the “civilizing action” of humans and this clear-cut divide between human and nature was mirrored in the work of scholars. This conference aims to explore the strengths and limits of traditional views while also foregrounding alternative interpretations.

· How have Latin American social and political institutions responded to ecological and geographic change in both moments of rupture and over the longue durée and how does geographical and ecological change play out along racial, political, and economic boundaries?

· What new and old moral geographies of space emerge resulting from the sweeping regional changes?

· How have efforts to adapt and alter the region’s climate and landscape led to unintended consequences and legacies?

· What roles have institutions of learning, science, and technology played in ecological change?

· How, and to what extent have changing landscapes been represented, contested, and explored by artists, writers, intellectuals, filmmakers, and performers?

· How have art and culture shaped and responded to changes in landscapes?

By stimulating cross-disciplinary discussions, the conference invites graduate students to examine and transcend the boundaries of their own academic fields. The multi-disciplinary nature of this conference also provides an opportunity for graduate students to interact with other scholars outside their traditional fields of study and academic specialties.

Presentation proposals should be 200 to 300 words in length, in either Spanish or English, and should include a cover page with name, academic affiliation and contact information. Panel proposals and alternative, non-paper presentations will also be given consideration.

Please submit proposals electronically to lacconfestony@hotmail.com

The conference directors: Carlos Gómez & Anna Shilova

DEADLINE: FEBRUARY 1, 2011

The conference directors: Carlos Gómez & Anna Shilova
The Latin American and Caribbean Studies Center at SUNY Stony Brook


Email: lacconfestony@hotmail.com
Visit the website at http://naples.cc.stonybrook.edu/CAS/lacc.nsf/pages/conf