Tous les articles par Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Offre de post-doctorat : ANR TRANSENVIR (date limite : 14/06/2017)

Projet ANR TRANSENVIR – Offre de post-doctorat en histoire contemporaine

Niveau requis : thèse obligatoire

Type de contrat : contrat à durée déterminée. Durée : 24 mois

Début souhaité : 1er septembre 2017

Quotité : 100 %

Rémunération : 2515 € brut mensuel

Laboratoire d’accueil : UMR 5190 – Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes

Adresse : ISH – 14, avenue Berthelot, 69363 Lyon Cedex 07

Site web : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/

 

Contexte :

Le/la chercheur.e en post-doctorat travaillera au sein du LARHRA-UMR 5190  dans le cadre du projet TRANSENVIR, Approche historique de la « TRANSition ENVIRonnementale » : innovations politiques et sociales face aux risques environnementaux en milieu urbain (années 1950-années 2000) (http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/anr-transenvir  ).

Coordonné par Stéphane Frioux, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2, et financé par l’appel à Projets générique 2016 de l’ANR, le projet a l’ambition de proposer un ensemble de clés de compréhension de la place occupée par les villes françaises dans la montée, l’institutionnalisation et la reconfiguration de politiques environnementales. La question sera abordée par le prisme du risque (conçu au sens large), et par un travail de terrain sur les agglomérations de Lyon et de Grenoble, des années 1950 aux années 2000.

Les questions abordées et étudiées par les membres de l’équipe portent sur la qualité de l’eau et toutes les formes de risques liés à l’eau, sur la qualité de l’air et les pollutions atmosphériques, sur le problème du bruit, de la relation habitat/santé, notamment dans les nouvelles constructions de la période, de type grands ensemble, et enfin de l’interface entre environnement de travail/usine et environnement urbain. Une attention particulière est accordée à étudier les différents acteurs qui interviennent et se mobilisent, des élus jusqu’aux associations militantes et aux syndicats. Sur le plan géographique, les espaces périurbains sont inclus dans l’enquête, qui ne veut pas se cantonner aux villes-centres des agglomérations.

Le projet rassemble 8 chercheurs, de plusieurs disciplines et de plusieurs laboratoires de recherche.

Activités prévues :

Recherche en archives, bibliothèques, et par enquête orale. Une partie des fonds a déjà fait l’objet d’un inventaire au printemps 2017, afin que le/la post-doc puisse s‘approprier très vite le terrain d’étude et choisir les objets prioritaires pour débuter l’enquête (et coordonner ses recherches avec les autres chercheurs).

Préparation du travail préalable pour la production de rapports de recherche écrits, la diffusion des résultats du projet et l’organisation des activités liées à la valorisation de ces résultats (par exemple à travers l’organisation et le suivi scientifique et administratif de journées d’étude et de colloques).

Participation active à des séminaires, colloques, et autres manifestations organisées par le projet TRANSENVIR.

– Participation à la mise en place et à l’alimentation du site internet du projet TRANSENVIR.

Expériences et compétences requises :

– Diplôme de Doctorat en histoire contemporaine

Sur les thématiques « Environnement » et « Risques », capacité à travailler en équipe pluridisciplinaire et à dialoguer avec la géographie, l’aménagement et la science politique, en premier lieu, ainsi qu’à emprunter à des cadres conceptuels différents.

– Disponibilité à effectuer des recherches dans différentes bibliothèques et archives locales, régionales et nationales (Lyon, Grenoble, Paris, …). Pour cela, une résidence pendant la durée du contrat, dans la région Rhône-Alpes à proximité de Lyon ou de Grenoble, est impérative.

– Bonne connaissance de l’anglais.

Modalités de candidature : envoyer par e-mail à l’adresse ci-dessous (Stéphane Frioux)

1 – une lettre de motivation (5000 à 10 000 signes) sous forme de proposition de contribution au projet ANR TRANSENVIR. Il n’est pas attendu de connaître nécessairement le terrain lyonnais ou grenoblois, mais, à partir des grands axes du projet (3 axes détaillés sur la page http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/anr-transenvir ), de proposer une contribution originale, qui pourra compléter les recherches à effectuer sur les corpus déjà pré-définis par l’équipe.

2 – un CV détaillé comprenant la liste des publications

3 – le rapport de soutenance

4 – une publication jugée significative et susceptible d’intéresser l’équipe du projet

 

Date limite pour l’envoi des dossiers : 14 juin 2017

 

Contact :

Stéphane Frioux (stephane.frioux@univ-lyon2.fr ; LARHRA-Institut des Sciences de l’Homme 14, avenue Berthelot, 69363 Lyon Cedex 07)

 

Le(s) candidat.e(s) présélectionné.e(s) seront éventuellement convié.es à un entretien, qui pourra se faire par visioconférence. La sélection sera annoncée avant le 13 juillet 2017

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Recrutement CDD – ANR TRANSENVIR

Le LARHRA, UMR CNRS 5190 recrute un(e) chercheur(e) en histoire pour un contrat d’ingénieur d’étude (durée de 4 mois à compter du 1er avril 2017), dans le cadre du projet TRANSENVIR – Approche historique de la « Transition environnementale » : innovations politiques et sociales face aux risques environnementaux en milieu urbain (années 1950-années  2000).

Coordonné par Stéphane Frioux, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lyon 2, le projet est financé par l’ANR pour 3 ans (convention ANR-16-CE26-0011-01).
L’objectif est de proposer un cadre de compréhension, solidement documenté, de la place occupée par les villes françaises dans la montée, l’institutionnalisation, et la reconfiguration des politiques environnementales, des années 1950 au tournant du XXIe siècle. Pour cela, des dépouillements d’archives à diverses échelles (du local au transnational) seront nécessaires, tout en gardant deux agglomérations-laboratoires d’étude : Lyon et Grenoble.

Ce/cette chercheur(e) aura pour mission de collaborer aux grandes étapes de la première phase programme : travail en archives et bibliothèques dans différents lieux (Lyon, Grenoble et leurs agglomérations, voire Paris), entretiens oraux auprès d’acteurs de l’époque concernée. Une attention particulière sera portée à la capacité du ou de la candidat.e à affronter la question de la constitution d’une base de données commune aux membres du projet, et ceci de façon à pouvoir dès le début envisager la valorisation des résultats de la recherche (par exemple, via la mise en ligne de corpus d’informations recueillies par TRANSENVIR).

Le profil

Titulaire au minimum d’un M2 recherche, voire d’une thèse soutenue avant le 31 décembre 2016, en histoire contemporaine ou dans une discipline proche (science politique, sociologie ou géographie, mais avec une expérience de la recherche en archives), le/la candidat(e) aura si possible une première expérience de la recherche collective et pluridisciplinaire.
Outre l’appétence pour un sujet d’histoire environnementale, une compétence en matière d’histoire sociale et locale serait appréciée, le/la candidat(e) devant mener des enquêtes confrontant archives municipales et entretiens d’acteurs sur des terrains urbains et périurbains. Pour cela, une résidence dans la région Rhône-Alpes à proximité de Lyon ou de Grenoble est impérative.
On attendra également du/de la candidat(e) une capacité de proposition pour la gestion du stock de documents qui sera rassemblé par l’équipe, et sera destiné à être au moins en partie mis à disposition du grand public, via un site internet dédié.

L’unité de rattachement : LARHRA
Contact scientifique : stephane.frioux@univ-lyon2.fr (link sends e-mail)
Contact administratif : veronique.grandjean@ish-lyon.cnrs.fr (link sends e-mail)

Le calendrier

Candidatures par voie électronique jusqu’au 13 février 2017.

Le/ la candidat(e) devra faire parvenir à Stéphane Frioux en format PDF :

  • une lettre de présentation de son expérience et de ses intérêts de recherche en lien avec le poste et le projet TRANSENVIR (2 pages maximum) ;
  • un CV détaillé.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

 Appel à soumission de textes pour un prochain dossier de [VertigO] : « Vulnérabilités environnementales : perspectives historiques »

Appel à soumission de textes pour un prochain dossier de [VertigO] :

« Vulnérabilités environnementales : perspectives historiques »

Coordination du numéro : Michèle Dagenais (Université de Montréal), Stéphane Frioux, (Université Lumière Lyon 2 & vice-président du RUCHE), Charles-François Mathis, (Université Bordeaux-Montaigne & président du RUCHE), François Walter (Université de Genève) et Éric Duchemin ([VertigO] / Université du Québec à Montréal, Canada).

[VertigO] lance un appel à soumission de textes qui propose, dans un numéro consacré à l’histoire environnementale, de réunir des contributions donnant à la notion de vulnérabilité une épaisseur historique qui lui fait trop souvent défaut. Il peut bien sûr sembler problématique d’envisager la « vulnérabilité avant la vulnérabilité », c’est-à-dire de discuter de cette notion pour des situations environnementales qui précèdent l’élaboration de ce concept. Mais si le mot peut manquer, les situations qui lui correspondent, les tentatives de réponses et les réflexions n’en ont pas moins existé depuis longtemps. À l’histoire, dès lors, de proposer des analyses fines de situations particulières permettant de mieux cerner cette notion et ses enjeux. C’est pourquoi toutes les périodes historiques seront ici considérées.

L’explication des vulnérabilités réside dans une combinaison de facteurs liés aux conditions naturelles, aux aménagements et au contexte social. Les sciences naturelles s’intéressent depuis des années à comprendre les changements environnementaux et leurs effets sur les écosystèmes, mais depuis plusieurs années, les chercheurs tentent d’analyser l’effet de ceux-ci sur les sociétés : le regard des sciences humaines est dès lors indispensable pour mieux les comprendre. Si la géographie et la sociologie, par exemple, se sont emparées de cette notion, l’histoire beaucoup moins, c’est pourquoi le comité de rédacteurs associés à ce dossier de [VertigO] propose de s’attarder à la perspective historique  des vulnérabilités environnementales.

Pour soumettre une proposition (résumé de 500 mots, maximum) – date limite 15 octobre 2015 : http://vertigo.revues.org/16158 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Offre de contrat doctoral – socio-histoire des sols pollués

Dans le cadre du projet REVISOLS (Renouvellement de la Ville et sols pollués ou potentiellement pollués), le Labex IMU, Université Lyon/Saint-Etienne, propose un contrat doctoral pour une thèse sur le sujet suivant : Le sol comme lieu de rémanence de l’activité humaine.

Le ou la doctorant(e) sera inscrit en doctorat de sociologie, encadré par Florian Charvolin, chargé de recherche HDR au CNRS (Centre Max-Weber), et co-encadré par Stéphane Frioux, maître de conférences en histoire contemporaine (Université Lyon 2/LARHRA).

Le-la candidat-e devra être titulaire d’un master 2. Cette offre de thèse s’adresse de manière privilégiée à des candidat-e-s intéressé-e-s par un cadre de travail pluridisciplinaire, issu-e-s d’une formation en sociologie, ou d’une formation d’historien-ne et sensibles à la dimension spatiale. D’autres profils en adéquation thématique et méthodologique seront bien sûr étudiés.

Le-la candidat-e devra être en capacité de dialoguer et d’interagir avec les autres disciplines partie prenante du projet REVISOLS (analyse des polluants, droit de l’environnement).

Il est attendu du-de la candidat-e une familiarité raisonnable avec les sources archivistiques et/ou une bonne pratique des techniques d’enquête et d’entretien.

La sélection des candidatures qui se déroulera en deux phases (présélection des dossiers, audition pour la sélection définitive) sera effectuée par un jury des membres du comité de thèse. Outre la correspondance au profil décrit ci-dessus, sera pris en compte l’appréhension par le candidat, dans sa lettre de motivation, du sujet de thèse proposé.

Le dossier à faire parvenir d’ici le 12 septembre 2015 à stephane.frioux@univ-lyon2.fr devra comprendre :

  • CV
  • Bulletin de notes M2
  • Lettre de motivation
  • Un exemplaire papier ou numérique (PDF) ou, à défaut, un résumé détaillé du mémoire de M2

    Un résumé du projet REVISOLS et le profil du sujet de thèse peuvent être demandés par courrier électronique à Stéphane Frioux.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à articles: Ambiance et histoire de l’architecture (date limite 15 mai 2015)

Ambiances – Revue internationale sur l’environnement sensible, l’architecture et l’espace urbain

APPEL A ARTICLES – Réception des propositions : 15 mai 2015

Ambiance et histoire de l’architecture :

l’expérience et l’imaginaire sensibles de l’environnement construit

Revue bilingue à comité de lecture http://ambiances.revues.org

Argumentaire

Comment peut-on rendre compte des dispositions spatiales, matérielles et sociales qui fabriquent une configuration sensible particulière, une ambiance, à un moment donné de l’histoire ? En posant cette vaste question, ce dossier thématique de la revue Ambiances cherche à combler quelques-unes des brèches dans l’histoire conduite aujourd’hui : celles qui touchent à la conscience environnementale des sociétés du passé sur les constructions, celles qui énoncent que l’évolution historique de l’architecture et des villes est liée à l’expérience concrète de l’environnement construit, à l’évaluation de son potentiel d’habitabilité, à sa transformation pour les besoins et la joie de l’usage. Nous faisons ainsi de cet appel à articles un pari : celui de placer l’ambiance de ces espaces et de ces lieux comme une des forces méconnues de l’histoire architecturale et urbaine.

Les travaux de Lucien Febvre, d’Alain Corbin, de Sabine Barles, de Jacques Léonard, de Geneviève Massard-Guilbaud, pour ne citer qu’eux, ont retracé la croissance des pollutions olfactives, auditives et visuelles. De nombreuses manifestations scientifiques récentes ont également mis en évidence la permanence de ces phénomènes dans l’histoire. Interroger l’ambiance comme objet historique, comme support de connaissances nouvelles sur les bâtiments du passé, au même titre que le sont aujourd’hui les recherches sur le temps, le désir, le corps, la beauté, la vie privée, etc. permet d’ouvrir trois nouveaux types d’investigations :

1/ Explorer les sources du sensible à travers le temps

Comment avoir accès aux ambiances du passé ? Fragiles et éphémères, les traces sensibles existent pourtant sur de multiples supports. Du côté de l’iconographie, de la littérature, du cinéma, de l’audiovisuel, des techniques ou des traités d’architecture, ces sources racontent un savoir-faire et un imaginaire de l’habitant, de l’architecte, du passant, un imaginaire et un savoir-faire que l’histoire de l’architecture laisse parfois en marge.

Quelles sont ces sources et comment pouvons-nous les interroger et les croiser ? Les interroger, c’est d’abord questionner l’Homme dans son existence passée qui établit pour lui-même et pour ses proches, un aménagement en étroite interaction avec la perception qu’il souhaite et la production possible des odeurs, des regards, des écoutes, du toucher des objets et de la température des lieux. Les sources existent indirectement par l’intermédiaire des bâtiments et des sites qui traversent les époques. Ils forment des repères spatiaux permanents à partir desquels il est possible de constater des évolutions ou a contrario des situations figées. Ces sources du sensible restent à explorer.

2/ Interpréter et restituer les expériences sensibles passées

S’intéresser aux singularités historiques d’une ambiance, ce n’est pas seulement s’intéresser aux sources sonores, olfactives, lumineuses… qui apparaissent à un moment donné de l’histoire, c’est chercher où et comment des expériences sensibles sont reçues comme des expériences singulières et émotives qui plaisent ou déplaisent à une époque. Comment interroger ces sources, les analyser et surtout les interpréter au prisme de nos propres sensibilités et de nos goûts ? Est-il simplement possible de se projeter dans une ambiance passée sans la déformer ni la trahir ?

Si les environnements perdurent, la compréhension de leurs caractéristiques sensibles est souvent difficile car ils ont été conçus et construits en d’autres temps et pour d’autres que nous. Ces traces peuvent apparaître tantôt comme des décors incompris et inutiles, tantôt comme des vestiges fragiles menacés. Grâce aux évolutions technologiques et au croisement des sources, des simulations d’ambiance offrent une lecture nouvelle de l’histoire et des situations urbaines. Dès lors, jusqu’où peut aller le travail de recherche dans la reconstitution d’une ambiance pour interpréter et restituer les expériences sensibles passées ?

3/ Révéler des imaginaires d’ambiance

Que dire enfin de ces nombreux imaginaires d’ambiance, ces visions rêvées, ces idées de projets de bâtiments et de lieux dont la concrétisation matérielle a transformé, sinon fait disparaître, les motivations initiales ? Fantasmés ou rêvés, objets de véritables projets sociaux, politiques ou artistiques, ces imaginaires

d’ambiance disent autant sur les modes de conception des projets que sur le destin de certaines utopies. Les opérations de transformations diverses (reconversion, réhabilitation, enjeux énergétiques, etc.) peuvent être des moteurs pour modifier ou, a contrario, tenter de recréer des ambiances réelles ou supposées. Elles sont l’occasion d’interroger les motivations qui président à ces changements et les méthodes mises en oeuvre pour façonner une nouvelle identité architecturale et urbaine.

Certains lieux transformés, parfois meurtris mais parfois aussi sublimés et révélés, comportent en leur sein une stratification d’ambiances qui leur confère une identité riche mais complexe à déchiffrer. C’est la lecture et l’interprétation de cette complexité par les générations successives qui orientent leur devenir autour d’enjeux multiples et parfois contradictoires, notamment du point de vue patrimonial. On interrogera dès lors le sens donné à certaines politiques de conservation qui entendent préserver, au nom d’une certaine fidélité historique, des dispositions ou des éléments matériels eux-mêmes éloignés d’un imaginaire

d’ambiance initial.

Articles attendus

L’appel à articles s’adresse à un large panel de chercheurs et de praticiens au croisement entre histoire et ambiances dans les champs :

De l’architecture, de l’urbanisme, du design

De la réhabilitation d’architecture, des études du patrimoine

De l’histoire du sensible, de l’histoire culturelle, du cinéma, des sources audiovisuelles

De l’anthropologie, de la sociologie, de la littérature.

Les articles porteront sur une ou plusieurs des problématiques développées ci-dessus, sans que les périodes historiques, les exemples et les études de cas ne soient limitatifs. Les sources étudiées peuvent être multiples.

Modalités de soumission

Les auteurs devront envoyer une proposition d’article de 3000 à 5000 signes aux responsables du dossier avant le 15 mai 2015 à l’adresse : ambiances.history@gmail.com (cf. calendrier ci-dessous).

Les propositions d’articles et les articles eux-mêmes pourront être soumis en français ou en anglais.

Les propositions seront examinées par les responsables du dossier et le comité éditorial de la revue. Après accord de principe, les auteurs devront envoyer leur article complet, de 25000 à 50000 signes, avant le 15 octobre 2015, délai de rigueur.

Conformément au processus habituel de la revue, les articles seront soumis à deux évaluateurs, selon une évaluation en double-aveugle. La publication du dossier thématique est prévue en septembre 2016.

Calendrier

Lancement de l’appel à articles : 15 février 2015

Réception des propositions : 15 mai 2015 (3000 à 5000 signes)

Réponses aux auteurs : 15 juin 2015

Réception des articles complets : 15 octobre 2015 (25000 à 50000 signes)

Publication indicative du dossier thématique : septembre 2016.

Coordinateurs du dossier

Olivier Balaÿ, architecte en exercice, urbaniste, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, chercheur au CRESSON, UMR AAU CNRS-MCC-ECN.

Stéphane Frioux, maître de conférences en histoire contemporaine, Université Lumière-Lyon2, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, UMR CNRS 5190.

Nathalie Simonnot, historienne de l’architecture, ingénieur de recherche, laboratoire LÉAV, École nationale supérieure d’architecture de Versailles.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts