Tous les articles par le RUCHE

Séminaire RUCHE janvier 2011

Jeudi 20 janvier 2011 (EHESS, 105 Boulevard Raspail, salle 6, 2e étage, de 17h à 19 h).

Valérie CHANSIGAUD, chercheuse en histoire environnementale :
État de la recherche en zoologie : entre académisme et environnementalisme.

Séminaire ouvert à tous.
Retrouvez le programme complet de l’année : http://leruche.hypotheses.org/233

Fellowships 2011-2012, Rachel Carson Center, Munich



Rachel Carson Center Munich Fellowship Program


Call for Applications



The Rachel Carson Center for Environment and Society invites applications for its 2011-2012 class

of postdoctoral and senior fellows. The fellowship program, directed by Christof Mauch

(LMU Munich/Ludwig-Maximilians-Universität) and Helmuth Trischler (Deutsches Museum)

is designed to bring to Munich a cohort of excellent scholars who are working in the environmental

humanities and related disciplines.


The Center will award fellowships to scholars from around the globe and from a variety of disciplines.

Research and writing of applicants should preferably pertain to one (or more) of the topics

that will be at the core of the Center’s 2011-2012 research agenda:


Environmental Ethics, Politics, and Movements

Resource Use and Conservation

Transformation of Landscapes


Applications that deal with past and future topics of the Center will also be considered. They include:


Environmental Knowledge and Knowledge Societies

Natural Disasters and Cultures of Risk

Ecological Imperialism


The program is a writing fellowship program; the Carson Center does not sponsor field trips or archival research. Fellowships will usually be granted for periods of 6, 9 or 12 months but they can also be granted for 3 months or be broken up into individual 3 month periods. Fellows are expected to be in residence, to work on a major research project, attend the weekly Carson colloquium and present their research at the Center.

The Carson Center will pay for a replacement of the successful candidate at his or her home institution; alternatively it will pay a fellowship that is commensurate with experience and current employment.

The deadline for applications is March 15, 2011. Applications should include a cover letter, curriculum vitae, project description (3,000 words maximum), research schedule for the fellowship period, and the names of three scholars who might serve as references. While applicants may write in either English or German, we recommend that they use the language in which they are most proficient. They will be notified about the outcome of their application within approximately two months of the deadline given above. Please send applications (electronically only) in PDF or Word format via e-mail to CarsonCenter@lmu.de

For more information about the Rachel Carson Center for Environment and Society, visit the website at:  www.carsoncenter.uni-muenchen.de



Appel à posters : Histoire des usages et des pratiques scientifiques de l’environnement (date limite : 10 février 2011)

A l’occasion de la journée d’études « Histoire des usages et des pratiques scientifiques de l’environnement » organisée par le Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Histoire de l’environnement » du CNRS (INSHS-INEE), qui sera organisée le 29 mars 2011 à l’université d’Arras, un appel à posters scientifiques de jeunes chercheurs est lancé.

Une exposition de posters scientifiques sera en effet organisée en parallèle de la journée d’étude pour présenter des travaux de recherche en cours de jeunes chercheurs.

Vous pouvez envoyer un résumé d’une quinzaine de lignes maximum accompagné d’un titre et de quelques mots-clés, avant le 10 février 2011, à adurand[at]mmsh.univ-aix[point]fr et marc.galochet[at]univ-artois[point]fr

Ci-dessous, vous pouvez télécharger la présentation thématique de la journée d’études :


Journée d’études RTP CNRS- ARRas-29mars2011


Sur le RTP Histoire de l’environnement : http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP%20Environnement/presentation.htm

Appel à communication : Lisières, landes, marais et friches (22-23 sept 2011)

Lisières, landes, marais et friches : les usages de l’inculte de l’Antiquité au XXIe siècle.

COLLOQUE de l’Association d’Histoire des Sociétés Rurales

en partenariat avec l’Université de Valenciennes et le Conseil Général du Nord

22 et 23 septembre 2011

Le Bûcher aux Moines, Parc départemental de l’Abbaye de Liessies,  59740 Liessies

Longtemps, les travaux d’histoire rurale ont opposé les espaces habités et cultivés (village, hameau, champ) à l’ensemble des forêts, des landes et des marais (supposés incultes et déserts), empruntant trop souvent d’ailleurs l’opposition classique ager/saltus, héritée des agronomes latins.

Si la forêt a suscité quelque intérêt, certes inégal selon les périodes envisagées, c’est surtout les terres de culture que les historiens ont explorées, délaissant les zones de « l’entre deux ». Les lisières forestières, les landes, les essarts et les espaces de cultures temporaires, itinérantes, les clairières pastorales, les marais et les zones humides, s’ils n’ont jamais été totalement ignorés, n’ont en effet guère suscité de travaux spécifiques. Il existe certes une historiographie sur ces terres du sauvage de proximité, pour reprendre l’expression des anthropologues. De nombreuses thèses d’histoire et de géographie rurales les ont évoquées en effet, mais ne leur consacrent généralement que quelques paragraphes.

À l’heure où de nouvelles normes environnementales sont définies, où ces espaces sont l’objet d’une valorisation et d’une protection croissante de la part des gestionnaires et aménageurs, il semble important de renouveler l’histoire de ces espaces. Tout récemment, de nouveaux éclairages ont été apportés s’attachant à certains de ces espaces au travers de la question de leur utilisation collective.

Ce colloque doit être l’occasion de réfléchir à l’évolution de la notion  d’incultum sur la longue durée, en intégrant plus particulièrement de nouvelles pratiques de recherche (approche systémique, interdisciplinaire) liées notam­ment au développement de l’archéologie et de nouveaux outils d’analyse (analyses paléo-environnementales) et conduisant à un renouvellement des positions épisté­mo­logiques. Par ces éclairages nouveaux, ce colloque entend sortir des « marges » ces espaces longtemps perçus comme « périphériques » du monde rural, amener à ré-ouvrir certains débats, à reprendre certaines questions largement considérées comme closes comme celui des « grands défrichements » médiévaux ou de la mise en valeur des zones humides préservées des campagnes de drainage.

Il s’agira d’examiner les liens entre ces espaces (et les milieux qui y ont attachés) et les sociétés, d’étudier la dynamique des contacts, de l’équilibre/déséquilibre constant, entre le bioclimatique et le social. Nous proposons d’insister plus particulièrement sur quelques aspects pouvant rassembler tant les historiens que les archéologues et les géographes, étant entendu cependant que ces orientations ne sauraient être exhaustives.

genèse de ces espaces, leurs dimensions spatiales, leurs rapports avec les phases de déprise et emprise agricole.

aspects paysagers et diversité de ces milieux sur lesquels l’archéologie notamment, apporte quelques éclairages très novateurs.

• aspects économiques et agronomiques : la production (de la cueillette à la spéculation foncière),  les modes d’exploitation.

utilisateurs de ces espaces : les structures sociales en rapport avec ces espaces et les modes de vie originaux souvent marginalisés qu’ils ont pu générer (porchers, charbonniers, essarteurs, etc.)

systèmes de représentation : rôle des réflexions agronomiques, discours du politique…

l’inculte, générateur de conflits autour du foncier, des ressources…, relations à l’intérieur des communautés rurales et entre celles-ci et les acteurs de l’espace rural (autorités publiques, seigneuriales, etc.).


Le comité scientifique, composé d’une dizaine de spécialistes de la question et des institutions organisatrices, retiendra les propositions qui entreront parfaitement dans les limites des axes proposés (les discours uniquement sur la forêt par exemple ne pourront être retenus) et qui fourniront un argumentaire convaincant. Les auteurs seront avisés du résultat de ses déli­bérations avant la fin du mois de mai. Des précisions seront alors données sur l’organisation matérielle du colloque, l’hébergement (La Héronnière – Parc Départemental du Val Joly   B.P. 28   59132 EPPE SAUVAGE), les liaisons entre la gare d’Aulnoye-Aymeries (direct depuis Paris ou Lille) et le lieu du colloque.

Les propositions de communication devront comporter un titre court et suggestif, 5 mots-clés et un argumentaire (3200 signes espaces compris présentés en une page sous fichier word de préférence), jalonné par quelques intertitres courts et explicites. L’auteur doit indiquer ses coordonnées (courriel, téléphone, coordonnées postales).

Ces propositions sont à adresser au plus tard le 31 mars 2011 aux adresses suivantes :

Bernard BODINIER, secrétaire de l’Association  d’Histoire et Sociétés Rurales : bodinier.bernard@wanadoo.fr

Corinne Beck       : cbeck16@wanadoo.fr.

Fabrice Guizard   : fguizard@gmail.com