Série spéciale Environnement – « La Fabrique de l’Histoire » (France Culture)

France Culture, du lundi 28 mars au jeudi 1er avril : suite aux événements du 11 mars dernier au Japon,

LA FABRIQUE DE L’HISTOIRE (à 9h05) sera consacrée au thème Histoire de l’environnement


Le lundi, grand témoin :

Robert Poujade, ancien maire de Dijon, créateur du ministère de l’Environnement en France, nommé en janvier 1971 ministre délégué auprès du premier ministre, chargé de la protection de la nature et de l’environnement, dans les gouvernements Chaban-Delmas (janvier 1971-juillet 1972) et Messmer (juillet 1972-mars 1973), puis ministre de la protection de la nature et de l’environnement (Gouvernement Messmer, avril 1973-février 1974). Créateur du ministère de l’Environnement en France.


Le mardi, documentaire :

« Plateforme 70 », plateforme utopique

un documentaire de Perrine Kervran et Véronik Lamendour,

En 1946, à la suite de son canular atomique, Jean Nocher fait une série de neuf émissions d’anticipation, consacrée aux futures années 70. Il brosse le portrait d’un monde utopique: accès à l’éducation pour tous, gratuité des denrées de base, égalité des salaires, semaine de 12h, disparition de l’argent, des patrons et des politiques… – portrait qui relève autant des grands thèmes de la science fiction que des utopies traditionnelles.

Mais la série se fait aussi l’écho du côté sombre de cette période d’après guerre : de l’avancée vertigineuse des sciences, à l’ère atomique en passant par la technologie et la course à l’armement, qui fait planer la menace d’une guerre meurtrière entre deux blocs annonçant les prémices de la guerre froide.

C’est l’occasion de découvrir la personnalité particulière de Jean Nocher qui se voyait prophète en son temps, et, de vérifier, avec des témoins de l’époque, si ses préoccupations rejoignaient celles de l’opinion dans ce contexte de reconstruction, d’euphorie et de progrès.

La science était-elle en train de devenir un des rouages du pouvoir et d’entrer dans le champ politique?  Etait-elle aux yeux de l’opinion capable du pire comme du meilleur ou bien l’opinion était-elle plus intéressée par les loisirs, la culture américaine, le jazz et les bikinis?

Avec les témoignages du général  Pierre-Marie Gallois, Paul Robert, Jacques Chardonnier, Philippe Curval, Wiktor Stoczkowski, Dominique Pestre et Jean Ferniot.


Le mercredi, archives :

Table ronde avec archives sur l’histoire des catastrophes naturelles

Emmanuel Garnier, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Caen, enseignant-chercheur au Centre de Recherche d’Histoire Quantitative (CRHQ)

Fabien Locher, historien des sciences. Chargé de recherche au CNRS, auteur notamment de «Le savant et la tempête étudier l’atmosphère et prévoir le temps au XIXe siècle» (éd. Presses Universitaires de Rennes).

Anne-Marie Granet Abisset,  professeur d’histoire contemporaine à l’université de Grenoble, co-directrice de « Histoire et mémoire des  risques naturels » – en duplex de Grenoble


Le jeudi, débat historiographique :

Débat historiographique sur l’histoire de l’environnement

Grégory Quénet, maître de conférences Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, maître de conférences « Histoire environnementale » Sciences Po.

Vincent Lemire, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée.

Jean-François Mouhot, docteur en histoire au Department of Modern History, université de Birmingham – en duplex de Birmingham

Stéphane Frioux, Agrégé d’histoire, docteur en histoire de l’université Lyon 2, chercheur associé à l’UMR LARHRA Laboratoire de Recherches historiques Rhône-Alpes, membre fondateur du RUCHE, Réseau universitaire de chercheurs en histoire environnementale.


Laisser un commentaire