L’histoire environnementale

Quelle histoire voulons-nous écrire ?

Les membres du RUCHE pensent nécessaire d’intégrer la dimension environnementale dans l’écriture de l’histoire, quel que soit le champ considéré : histoire économique, sociale, culturelle, histoire des techniques, histoire rurale ou urbaine…

L’histoire environnementale s’intéresse à la relation entretenue par l’homme et les sociétés avec le reste de la nature. Elle concerne aussi bien la dimension matérielle et économique (aménagement du territoire, structures agraires, construction et gestion des ressources, réseaux techniques, énergie, déchets…) que la dimension culturelle (perception de la nature, des paysages et de l’environnement, rôle de ceux-ci dans la construction des identités, dimension esthétique…), ou les aspects politiques, sociaux, institutionnels et juridiques des questions environnementales (politiques publiques ou privées, modes de régulation, construction et application des normes, gestion des risques, impact des pollutions sur l’homme et l’environnement, inégalités environnementales, etc).

Si l’histoire environnementale accorde une importance toute particulière aux temps longs, elle s’alimente d’études effectuées à toutes les échelles temporelles ou spatiales. Elle s’efforce de prendre en compte les conséquences à long terme des modifications apportées par l’homme à son environnement.

L’histoire environnementale est, par essence, pluridisciplinaire. Elle est pratiquée par des chercheurs issus de toutes les disciplines appartenant aux sciences humaines et sociales mais aussi aux sciences de la vie, de la terre et de la matière. Cette diversité fait sa richesse. Elle a pour corollaire une grande diversité méthodologique. Elle demande de chaque chercheur un effort d’ouverture et de tolérance vis-à-vis des approches d’autres disciplines que celle dans laquelle il a été formé, et et incite  au transfert ou l’adaptation de méthodes d’une discipline à l’autre.

L’histoire environnementale se définit donc plus par sa volonté de considérer l’homme comme partie intégrante des milieux dans lesquels il évolue, par son souci du long terme et par le rejet des visions économiste ou techniciste de l’histoire, que par ses objets, qui peuvent avoir été pris en compte par d’autres sous-disciplines historiques, parfois depuis longtemps.


Laisser un commentaire