Les savoirs de l’eau

Journée d’étude organisée par Alice Ingold (MCF à l’EHESS) à l’Ecole Française de Rome, le 12 novembre 2010

« Les savoirs de l’eau entre science, technique, droit et administration (XVIIe-XIXe siècle) »

Programme à télécharger ci-dessous

Prog 12 nov 2010 -Les savoirs de l’eau



Cette journée sera consacrée aux savoirs de l’eau tels qu’ils se développent, s’institutionnalisent et circulent entre XVIIe et XXe siècles. On s’intéressera ici aux questions ouvertes par la mise en place de réseaux de navigation par canaux, aux savoirs développés pour l’endiguement des fleuves et le partage des alluvions, pour l’irrigation et l’usage énergétique de l’eau, pour l’assèchement des zones humides. On entend délibérément se situer à la croisée des recherches sur l’histoire des administrations et sur l’histoire des sciences et des savoirs. Les enquêtes seront attentives à la diversité des logiques de production des savoirs de l’eau, combinant des rapports de missions et de voyages, des réponses à des concours de sociétés savantes, des commandes institutionnelles, des réponses à des enquêtes administratives ou juridiques nationales, sans oublier des expertises de juristes ou de corps professionnels en cours de constitution, des traités et des thèses de droit, des documents de magistratures en charge des questions d’eau. Cette diversité renvoie à la variété des acteurs qui concourent alors aux savoirs de l’eau, et qu’on souhaite observer au-delà des figures les plus connues du mathématicien et de l’ingénieur : agronomes, militaires, administrateurs, juristes et avocats.


La circulation de ces savoirs retiendra tout particulièrement l’attention, au travers de l’étude de voyages et de correspondances d’ingénieurs, de juristes ou d’administrateurs, mais aussi grâce à l’étude d’entreprises de traduction et d’édition de textes. On sera attentif en même temps à l’ancrage local de la production des savoirs sur l’eau, formalisés à l’occasion de litiges territoriaux localisés. Ces savoirs s’inscrivent en effet dans des systèmes juridiques parfois fort différents, où coexistent l’affirmation de la domanialité des eaux, le rattachement des eaux courantes non domaniales à la catégorie des choses communes (res communis) avec le Code napoléonien, et des formes d’appropriation privative des eaux. Le sort, disputé, des eaux courantes interroge le rôle de l’État et celui de ses administrations dans la modernisation agricole et industrielle des pays. Comment concilier la liberté du propriétaire, ou l’usage commun à tous, avec des formes de régulation permettant de faire prévaloir un intérêt public ? Dans le croisement de formes d’appropriation privative et de modalités de régulations, concurremment judiciaire et administrative, se mesure le difficile équilibre entre le respect de la propriété et la poursuite de l’intérêt public. La régulation des eaux est un secteur, dans lequel la poursuite de l’intérêt public n’est pas confiée uniquement à l’autorité administrative et à ses corps techniques, mais aussi, dans une certaine mesure, à l’autorité judiciaire. La régulation de cette ressource se situe ainsi de façon originale à la lisière entre droit civil et droit administratif.


Les savoirs de l’eau seront ainsi envisagés à partir de leur mise en œuvre dans des choix de politique publique et dans les formes de régulation et d’arbitrage des usages de l’eau : savoirs techniques et naturalistes, mais aussi savoirs métrologiques, sans oublier les savoirs juridiques. Ces différents savoirs sont enrôlés dans une conflictualité, dont les ingénieurs se présentent alors comme les nouveaux arbitres : se propulsant à une place d’interprètes neutres de la nature, ils participent pourtant à la constitution d’une nature dont les dimensions historiques et surtout juridiques sont gommées.


Laisser un commentaire